Djihad en Syrie : ce Français qui veut "mourir en martyr"
Djihad en Syrie : ce Français qui veut "mourir en martyr"

TÉMOIGNAGE E1 - Europe 1 a recueilli le témoignage exclusif d'un djihadiste français parti combattre au nord d'Alep, en Syrie.

Europe 1 a recueilli le témoignage inédit d'un djihadiste français parti en Syrie. Le jeune homme, âgé de 30 ans, combat au nord d'Alep, au sein de l'Etat islamique de l'Irak et du levant, le groupe le plus radical en Syrie. Cela fait quelques temps que le djihadiste, qui se présente sous le nom d’Abou Shaheed, son pseudonyme de combattant, se trouve en Syrie. Et ce dans un but précis. "C'est une démarche spirituelle et, évidemment, si j'ai fait tout ce chemin, c'est pour le combat et uniquement pour le combat. Ce que nous voulons pour la Syrie c'est qu'elle soit régnée par les lois d'Allah. C'est un combat entre l'islam et tous les autres systèmes gouvernementaux", explique-t-il.

"C'est une démarche spirituelle" :


"La France produit des inégalités". L’interview s'est faite en vidéo, via Internet, puisqu’ Abou shaheed se trouve dans la région d’Alep. Il a accepté de parler à Europe 1 le visage masqué par un turban. Une kalachnikov à la main ilraconte ses tentatives de djihad précédente. "J'ai voulu aller en Afghanistan, mais la route n'était pas acquise. J'ai ensuite tenté le Yemen, puis le Mali. Je suis venu de France. Je suis un enfant de la France, je suis né en France. Et grâce à la France, et à son système démocratique, j'ai compris que les lois humaines sont imparfaites. La France produit des inégalités qui sont à l'origine de ma réflexion sur les musulmans", raconte celui qui a finalement choisi de combattre en Syrie.

"Pour les générations futures, on arrivera jusqu'à Paris". Lorsqu’on lui demande si de nombreux Français sont avec lui il assure que "la France est très bien représentée", puis évoque l’avenir, menaçant. "Un retour en France, je ne l'envisage pas pour le moment, parce que mon intention est de mourir en martyr ici. On n'a pas l'intention d'aller en France pour le moment. Mais pour les générations futures, on arrivera jusqu'à Paris. Ce que je peux dire à François Hollande et à son gouvernement c'est qu'il devrait cesser de combattre l'islam. Je parle de la Centrafrique, je parle du Mali. Tous les jours vous parlez de l'islam, de la viande halal, pour diaboliser l'islam. Il faudrait vraiment qu'il se méfie", assure-t-il. Lorsqu’on lui demande son objectif prioritaire, "prendre la Palestine" répond le Français, qui, à la différence des rebelles syriens, semble se soucier assez peu de la chute de Bachar Al-Assad.

Un phénomène qui prend de l'ampleur... Ces derniers mois, le phénomène de "l'exode djihadiste" français prend une ampleur sans commune mesure. "Cela fait plusieurs mois, depuis l’été 2012, que nous sommes particulièrement inquiets face à un phénomène d’une ampleur inégalée", avait indiqué Manuel Valls, sur Europe 1, en janvier dernier. Et ces djihadistes se rendent principalement en Syrie. "Il s’agit de près de 700 Français ou individus résidant en France qui sont recensés et plus ou moins impliqués par rapport au conflit en Syrie", avait révélé Manuel Valls avant de détailler précisément leur rôle. Autre phénomène inquiétant : le nombre de mineurs parmi ces djihadistes. "Une douzaine de mineurs se sont rendus en Syrie ou ont voulu s’y rendre", avait détaillé le ministre de l'Intérieur.

sur le même sujet, sujet,

ZOOM - Comment le djihad recrute sur le web

ITW E1 - Ados et djihad : quels sont les signes avant-coureurs ?

INFO E1 - Djihad : les deux jeunes Toulousains retrouvés en Turquie