Divorcés, ils retournent devant le juge

  • A
  • A
Divorcés, ils retournent devant le juge
En 2009, près d'un couple divorcé sur deux est repassé dans le bureau du juge.@ MAXPPP
Partagez sur :

Pour régler certains litiges, près d’un couple divorcé sur deux revient devant le juge.

Une fois divorcés, les couples n’en ont pas fini avec la justice. En 2009, ils étaient ainsi près d’un couple sur deux à repasser devant un juge pour des litiges post-divorce. En clair, il s’agit de tout ce sur quoi ils n’arrivent pas à se mettre d’accord une fois la séparation prononcée. Premier motif de litige, le montant de la pension, par exemple si l’un des deux parents perd son emploi et ne peut plus payer, ou au contraire, s’il a été augmenté et peut donc donner plus.

Le mode de garde figure également en bonne place sur la liste des litiges. Fabrice, un père de famille interrogé par Europe 1, estime ainsi que ses enfants ne sont plus heureux en résidence alternée. A la question "où c’est chez vous ?", ceux-ci répondent toujours "je n’ai pas de chez-moi". "J’ai donc décidé de casser cette garde alternée que nous avions convenu avec mon ex-femme depuis trois ans et demi", a-t-il confié à Europe 1. Il repassera très bientôt devant un juge pour demander à avoir la garde de ses enfants.

Fabrice repassera devant le juge très prochainement :

Des litiges surprenants

Mais les litiges sont parfois plus surprenants et les divorces les plus conflictuels peuvent donner lieu à des batailles juridiques sur des sujets pourtant anodins. L’avocate Béatrice Uzan se souvient ainsi du cas d’un père qui voulait inscrire son fils au rugby. Mais "la mère ne voulait pas parce qu’elle estimait que c’était dangereux, que l’enfant était chétif". Faute de pouvoir s’entendre, les parents ont ainsi fini dans le bureau du juge, une conclusion "pas très logique pour ce genre de cas de figure", note la juriste.

En 2009, au moment de la grippe A, les juges avaient même constaté une hausse des requêtes. En cause, la vaccination contre le virus, l’un des parents voulant faire vacciner ses enfants et l’autre non.