Diane 35:"les bonnes décisions" de Touraine

  • A
  • A
Diane 35:"les bonnes décisions" de Touraine
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - La ministre de la Santé défend son action, après avoir été critiquée.

Marisol Touraine ne veut pas se laisser faire. La ministre de la Santé, violemment attaquée deux jours plus tôt sur l'antenne d'Europe 1, a tenu à répondre jeudi à ces attaques. En cause, la gestion du dossier "Diane 35". Ce médicament anti-acné, largement utilisé comme pilule contraceptive, est accusé d'avoir causé la mort de quatre personnes depuis 1987. L'Agence nationale de la sécurité du médicament a d'ailleurs annoncé mercredi la suspension de sa commercialisation.

"Quand elle est là, ça ne change rien". Mais pour le professeur Philippe Even, président de l'institut Necker, à Paris, cette affaire montre surtout le manque de compétences du ministère de la Santé, qui aurait brillé par son silence. "Nous n'avons pas de ministre de la Santé, nous n'en avons d'ailleurs pas eu souvent. Elle n'est pas en France en ce moment, mais d'ailleurs quand elle est là, ça ne change rien. Je lui reproche de ne pas être là, de ne pas prendre de décision. Quand elle est présente, elle est tout aussi absente", a-t-il expliqué mardi matin sur Europe 1. Marisol Touraine était en effet en visite officielle au Chili et au Brésil  au même moment.

>> Ecoutez les critiques du Pr. Even :

"Personne ne m'a soutenu en septembre". Pour la ministre, cependant, ces attaques sont totalement infondées. Pour se défendre, elle met en avant son action dans l'affaire des pilules contraceptives de troisième génération : "Je n'ai entendu personne en septembre, lorsque, juste après que la Haute autorité de santé a rappelé que les pilules de 3e et 4e générations ne présentaient pas d'avantages suffisants pour être remboursées, j'ai tout de suite annoncé le déremboursement de ces contraceptifs. Je n'ai pas entendu qui que ce soit monter au créneau pour me soutenir. Les bonnes décisions ont été prises, au bon moment, et aucune polémique ne pourra empêcher cela."

>> La réaction de la ministre en vidéo :