Désert médical : 24 "e-propositions" de médecins

  • A
  • A
Désert médical : 24 "e-propositions" de médecins
@ MAXPPP
Partagez sur :

Ce collectif multiplie sur Internet les pistes pour résoudre le problème des déserts médicaux.

Un groupe de 24 médecins publient simultanément sur leurs blogs des propositions pour lutter contre les déserts médicaux, en  faisant la promotion de leur opération non syndicale "#PrivésDeDéserts" via Twitter, pour faire le buzz. Ces médecins twittos espèrent lancer le débat et attirer l'attention de la ministre de la Santé, Marisol Touraine.

"Hey @MarisolTouraine si tu cherches des conseillers, c'est par là : http://drfoulard.fr/?p=365 #PrivésDeDéserts", lance lundi "Dr Foulard". "Médecine Générale 2.0 en France, c'est parti : http://www.atoute.org/n/Medecine-Generale-2-0.html...poke @MarisolTouraine", twitte par sa part @DDupagne.

Les propositions s'accumulent

Pour attirer les médecins dans les "déserts médicaux, ils prônent l'"incitation plutôt que coercition" avec même une idée de "salaires aux enchères".
Ils suggèrent, en autres, la création de "Maisons Universitaires de Santé" ("MUst") qui constituent l'équivalent du CHU pour la médecine de ville. Autre idée, la création du métier de la santé, agent de gestion et d'interfaçage ("AGI") pour assurer toute l'activité administrative de ces maisons universitaires.

Une initiative, selon eux, qui permettrait  de décharger les médecins généralistes isolés d'une paperasse envahissante, et de reclasser les visiteurs médicaux "après l'interdiction de cette activité".

Parmi leurs idées, détaillées sur les blogs, figurent également des "chèques-emploi médecin", financés à parts égales par les médecins volontaires et par les caisses, pour payer les  prestataires de services (AGI, secrétaires, personnel d'entretien). Il s'agit, selon eux, non pas d'augmentations d'honoraires, mais de réallocations des ressources pour rendre son attractivité à l'exercice libéral.

La précédente initiative de certains d'entre eux était une pétition (bit.ly/Q9vnUD) contre les chemises d'hôpital ne respectant pas la dignité des patients, toujours en cours.