Des viols résolus 27 ans après ?

  • A
  • A
Des viols résolus 27 ans après ?
Un homme suspecté d'avoir commis des viol et tué une étudiante en 1986 à Strasbourg a été arrêté lundi.@ MAXPPP
Partagez sur :

Un homme dont une empreinte de la main a pu être exploitée, a été arrêté en Gironde lundi.

L'actu. C'est un père de famille de 50 ans, installé à Saint-Jean-d'Illiac depuis une vingtaine d'années, près de Bordeaux, qui a été arrêté lundi par la police. Il est soupçonné d'être celui que la presse alsacienne avait surnommé "l'étrangleur de la Robertsau", un homme recherché pour deux viols et un meurtre, commis en 1986. Placé en garde à vue, il devrait être déféré dans la journée puis transféré à Strasbourg dans les prochains jours.

Deux affaires irrésolues. Les deux dossiers remontent au début de l'année 1986, rappelle Les Dernières Nouvelles d'Alsace. Dans la nuit du 21 au 22 février, une adolescente de onze ans avait été violée dans le centre-ville de Strasbourg. L'agresseur avait cassé un carreau et s'était introduit dans l'appartement de ses parents. La fillette avait été découverte, portant des marques de strangulation.

Quelques mois plus tard, en mars 1986, une étudiante de 17 ans avait elle aussi été agressée chez elle, dans le quartier de la Robertsau. La jeune femme avait été étranglée. Son meurtrier avait ensuite essayé de s'en prendre à sa soeur, mais avait été mis en fuite par ses cris.

Des enquêteurs tenaces. Les policiers strasbourgeois n'avaient jamais refermé l'enquête depuis. Ils ont exploité une empreinte digitale de la paume de la main relevée sur la scène du meurtre de l'étudiante. Un enquêteur strasbourgeois avait relancé une recherche dans le fichier des empreintes digitales (FAED) en novembre dernier, avec succès cette fois (les empreintes palmaires ne sont rentrées dans ce fichier que depuis 2010, ndlr).

Un suspect connu de la police. L'homme arrêté lundi avait déjà été condamné pour des cambriolages et des vols de voiture, selon les DNA. Le journal Sud Ouest assure également que le suspect "s'était livré à des cambriolages et des agressions sexuelles, notamment sur des mineurs" à Strasbourg "au sortir de son service militaire en 1986".

Interrogé par la police, l'homme aurait reconnu les cambriolages mais nie avoir violé et tué les victimes, indique Sud Ouest.