Des radars fixes "double face" bientôt testés

  • A
  • A
Des radars fixes "double face" bientôt testés
@ MAXPPP
Partagez sur :

SECURITE ROUTIERE - Un nouveau modèle de radar va être expérimenté cette année. Il sera capable de flasher les deux plaques d’un véhicule.

Les radars sont l’arme ultime de la Sécurité routière pour diminuer le nombre de morts sur la route et verbaliser les conducteurs trop pressés. Il y avait déjà les radars fixes qui flashent la plaque avant OU la plaque arrière de la voiture d’un côté de la route ou encore le radar mobile dernière génération (300.000 véhicules flashés en un an), qui flashe quelque soit le côté de la route où vous circulez. Et cette année, un nouveau modèle de radar fixe va être testé : le "double face". La différence ? Il pourra flasher les plaques avant ET arrière des voitures, d’un seul côté de la route. Objectif : augmenter le nombre de verbalisations des contrevenants.

40% des contrevenants échappent à l’amende. Les radars fixes ont un gros défaut : seulement 60% des conducteurs en excès de vitesse sont verbalisés, les photos n’étant pas exploitables. Afin de lutter contre ces pertes, le gouvernement prévoit d’installer quatre radars fixes dit à "double face". Une voiture qui dépasse la limite autorisée de vitesse aura ses deux plaques flashée, l’avant et l’arrière, ce qui augmentera le nombre de photos utilisables. "L'objectif est de réduire le nombre de flashs qui ne produisent pas de PV parce que la photo n'est pas exploitable", a précisé Henri Prévost, délégué interministériel adjoint à la sécurité routière, au Parisien.

Moderniser les radars existants. Le responsable de la Sécurité routière développe la volonté du gouvernement. "Nous ne souhaitons pas développer à l'infini le nombre de radars, qui sera maintenu autour de 4 200 appareils, mais plutôt poursuivre leur modernisation en remplaçant les plus anciens modèles par des appareils de nouvelle génération", assure Henri Prévost. Toutefois, un à deux radars seront déployés dans chaque département, particulièrement les zones de travaux l’année prochaine. La raison : "Beaucoup de conducteurs ne respectent pas la baisse des limitations de vitesse" dans ces secteurs.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

AMENDES - Les nouveaux radars mobiles ont flashé 300.000 automobilistes

VIDÉO - On a testé les nouveaux radars mobiles

GÉNESE - Des radars dans des voitures banalisées

RIPOSTE - Quand le web chasse les radars embarqués