Des jumeaux retrouvés au bout d'un an

  • A
  • A
Des jumeaux retrouvés au bout d'un an
Les jumeaux, disparus depuis un an, étaient chez des proches.@ MAX PPP
Partagez sur :

Les deux enfants, âgés de 7 ans, avaient été enlevés par leur mère et vivaient clandestinement.

Leur mère avait quitté le domicile familial dans le Tarn fin 2009, emmenant avec elle ses jumeaux. Depuis, iles étaient introuvables. Les deux enfants ont été retrouvés sains et saufs mardi, à quelques centaines de kilomètres, dans les Bouches-du-Rhône.

La mère incarcérée depuis décembre

Les enquêteurs ont d'abord retrouvé la mère, le 8 décembre dernier. Cette documentaliste de 39 ans a été interpellée au cours d'un banal contrôle routier puis incarcérée pour "non-présentation d'enfants" et "enlèvement". Même en prison, elle a refusé d'indiquer où se trouvaient ses enfants. Tout juste a-t-elle accepté de dire qu'ils étaient en lieu sûr chez des proches.

Les enfants ont finalement été retrouvés par les gendarmes de Castres et d'Arles chez deux proches de la mère. Ils étaient scolarisés à domicile depuis un an. Les jumeaux ont été temporairement confiés aux services sociaux et les proches mis en examen pour complicité de non-présentation d'enfants.

Le père accusé d'attouchements

La mère des enfants avait décidé de quitter le domicile familial, afin de soustraire les enfants à leur père. Elle l'accuse en effet d'attouchements sexuels sur la jumelle et sa fille aînée, née d'un précédent mariage, aujourd'hui âgée de 14 ans. Des accusations démenties par le père, qui dénonce une manipulation. Une enquête sur d'éventuels abus sexuels a conclu en sa faveur.

La justice s'est au contraire retournée contre la mère. A la suite d'une plainte de son mari pour non-présentation d'enfants, la documentaliste a été condamnée en son absence à six mois de prison ferme, en juin 2010. Incarcérée depuis début décembre, elle a déposé une demande de mise en liberté. Pour son avocat, "la détention provisoire a été utilisée comme un moyen de pression pour qu'elle dise où étaient les enfants". "Les enfants ayant été retrouvés, la détention provisoire ne se justifie plus", estime Me Olivier Boonstoppel.