Des économies pour le défilé du 14 juillet

  • A
  • A
Des économies pour le défilé du 14 juillet
L'école militaire de Saint Cyr lors du défilé du 14 juillet 2011.@ MAXPPP
Partagez sur :

ZOOM - En raison de la crise, moins de véhicules vont défiler sur les Champs Elysées. Objectif : 500.000 euros d'économies.

Rien n'échappe au tour de vis budgétaire. Crise oblige, le défilé du 14 juillet va en effet réduire ses coûts cette année. La facture va donc baisser de plus de 10 %, pour économiser plus de 500.000 euros. En 2012, le défilé avait coûté environ 4 millions d'euros à la Défense. Comment les militaires vont-ils tenir les coûts sans priver les citoyens de spectacle ? Europe 1 fait le point.

>> A lire - Hollande embarrassé par son 14 Juillet

Moins de véhicules pour le défilé. Ces économies sont obtenues en grattant un peu partout. L'une des principales économies est réalisée en recentrant le défilé sur les véhicules opérationnels et les équipements les plus modernes des armées au détriment. En résumé, seuls les véhicules qui partent au front ont été conservés comme les blindés et les jeeps. Tractopelle et ambulance ont été supprimées du défilé.

100.000 euros d'économie sur le carburant. Même dispositif dans l'aviation, il y aura en effet huit avions de moins que l'an dernier, ce qui fait 90.000 euros de kérosène épargnés. Pour les véhicules au sol, cette réduction des véhicules représente une économie de 100.000 euros sur le carburant. Résultat : sur les 450 engins de l'an dernier, il y en aura un tiers de moins  sur les Champs Elysées, soit 265 véhicules au total.

"Pas un ersatz de défilé". Mais à l'image on ne verra pas la différence promet le général Hervé Charpentier, qui a proposé toutes ces économies et assure que cela ne se verra pas à l'image. "Il a suffit d'enlever des véhicules défilant tout ce qui n'était pas des véhicules opérationnels, mais des véhicules d'accompagnement, des véhicules de soutien, des véhicule d'appui et également ceux du ministère de l'Intérieur, de la police et des pompiers. Mais à aucun moment on aura le sentiment d'avoir un ersatz de défilé", assure le gouverneur militaire de Paris au micro d'Europe 1.

Les spectateurs devront se serrer. Des économies sont également prévues dans les gradins : 60.000 euros en supprimant deux tribunes. Les invités vont ainsi devoir se serrer puisque autant de cartons d'invitation que l'an dernier ont été envoyés. Mais les organisateurs du défilé assument : "on fait du surbooking, comme les compagnies aériennes". Du coup plusieurs milliers d'invités devront rester debout cette année.