Des écoliers tentent 10 jours sans écran

  • A
  • A
Des écoliers tentent 10 jours sans écran
Après les éditions précédentes, des habitudes positives avaient été prises par les enfants.@ MAXPPP
Partagez sur :

A Strasbourg, des élèves de primaire testent 10 jours sans télé, ni ordinateur, ni console de jeux.

Tenir dix jours sans télé, ni ordinateur, ni console de jeux : une punition pour beaucoup d'enfants mais les élèves de l'école primaire Karine dans le quartier d’Hautepierre, à Strasbourg, ont décidé de tenter l' expérience jusqu'au 19 mai. Le but de l'opération, lancée en 2008, est de sensibiliser les enfants au temps qu'ils passent devant les écrans.

80 % des 242 élèves de l’école primaire Karine participent au défi. Pour ces écoliers, âgés de 8 à 11 ans, ce n'est pas un mince effort : beaucoup ont une télé dans leur chambre !

Pour motiver les enfants et les occuper, deux heures d'activités ont été prévues chaque jour après les cours : roller, football, arts plastiques... Des parents se sont portés volontaires pour encadrer les ateliers. Et à la maison ? Les familles aussi jouent le jeu en essayant de touver "une alternative à la facilité qui est l'écran", une fois les devoirs finis.

51 % des enfants lisent d’avantage durant ces 10 jours

Lancée en 2008, dans une autre école strasbourgeoise, l'opération "regarder autrement" concerne cette année 26 écoles dans toute la France. Et les retours des années pécédentes sont bons : 51 % des enfants lisent d’avantage durant ces 10 jours sans télé et 47 % des enfants se sont couchés plus tôt.

Que restera-t-il de ces dix jours de sevrage "télévisuel" ? Après les précédentes expériences, la télé n'avait pas disparu de la vie des écoliers mais il y avait eu des changements, relève Sophie Vefelscheid de l’association ECO-conseil, à l'origine de l'opération.

Des habitudes positives avaient ainsi été prises par les enfants "comme s'abstenir de regarder la télévision le matin avant d'aller en classe par exemple et découvrir d'autres occupations familiales individuelles ou collectives".