Des couvents pour criminelles repenties

  • A
  • A
Des couvents pour criminelles repenties
@ MAX PPP
Partagez sur :

L’ex-femme de Marc Dutroux pourrait rejoindre une congrégation qui accueille les ex-détenues.

Ce sont d’anciennes prostituées ou criminelles, elles ont décidé de tirer un trait sur leur passé… et de se consacrer à Dieu. Dans ce but, elles ont rejoint les Soeurs Dominicaines de Béthanie, une congrégation qui s’est fait une spécialité d’accueillir des femmes repenties. Une mission qui entre en réalité dans les principes du christianisme.

La congrégation est surnommée "la légion étrangère des religieuses". Elle compte un centaine de sœurs, reparties dans quatre couvents dont deux sont en France. C’est dans l’un de ces deux couvents que Michelle Martin, l’ex -femme de Marc Dutroux qui devrait être remise en liberté conditionnelle après avoir purgé la moitié de sa peine, pourrait désormais continuer sa vie.

Le mal et le bien se côtoient

Entre les murs, des sœurs au passé difficile et d’autres moins, vivent ensemble. "C’est le mal et le bien qui se côtoient dans cette congrégation", explique à Europe 1, l’historien des religions Odon Vallet. Mais selon lui, il ne s’agit là que de se conformer à la Bible.

C’est "le conseil de l’Evangile : ‘ne juge pas si tu ne veux pas être jugé’" :

L’évêque de Nanterre, Gérard Daucourt, qui a écrit un essai sur la Soeurs Dominicaines de Béthanie, affirme également à Europe 1 que l’on peut se consacrer à Dieu en faisant abstraction de ses péchés : "on vit dans la discrétion en disant que Dieu nous aime aujourd’hui comme nous sommes et ne tient pas compte de notre passé", estime-t-il.

Un message que souhaitait aussi délivrer le fondateur de la congrégation, un prêtre-visiteur de prison du XIXe siècle, qui écrivait : "les plus grandes pécheresses ont en elles ce qui fait les plus grandes saintes : qui sait si elles ne le deviendront pas un jour".