Les surveillants de la maison d'arrêt d'Auxerre ont fait part lundi de leur inquiétude après la découverte de trois cas de tuberculose parmi les quelque 160 détenus, craignant une propagation de l'épidémie et dénonçant un certain "flou" et des "informations contradictoires".

"Les cinquante agents sont inquiets et stressés à juste titre. Ils ont tous subi une radio des poumons et un test cutané de dépistage. Nous craignons que deux détenus soient toujours contagieux", a déclaré Lionel Beaure, surveillant à la prison d'Auxerre et secrétaire local UFAP lors d'une conférence de presse.

"Nous resterons mobilisés tant qu'on n'a pas la certitude du contraire, tant qu'on craindra la contagion", a-t-il poursuivi.