Délinquance : le détail par nationalité

  • A
  • A
Délinquance : le détail par nationalité
17% des délinquants sont des personnes de nationalité étrangère, selon une étude l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales.@ MAXPPP
Partagez sur :

EXCLU - Pour la première fois, les étrangers sont quantifiés dans les chiffres de la délinquance.

Le nombre de personnes de nationalité étrangère mises en cause dans les actes de délinquance, plus précisément les atteintes aux biens et les vols sans violence, a augmenté en France. C’est ce que révèle une étude sur les "Français et étrangers mis en cause par la police et la gendarmerie pour atteintes aux biens ou pour atteintes volontaires à l'intégrité physique", réalisée par l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), qui quantifie pour la première fois la part des étrangers dans ces chiffres.

Cette enquête se base sur les données de la police nationale et de la gendarmerie, et donc sur les interpellations réalisées par les forces de sécurité françaises, et non sur les chiffres judiciaires et les personnes condamnées. Europe 1 vous révèle en exclusivité les principaux développements.

17% d’étrangers en cause

Concernant les vols, l’étude confirme la tendance enregistrée depuis trois ans : le nombre d’étrangers mis en cause a fortement augmenté. Ainsi, en 2011, sur les 305.708 personnes interpellées par la police ou gendarmerie en France métropolitaine pour un vol avec ou sans violence ou pour un délit de destruction ou de dégradation, 52.751 ont été enregistrées comme étant de nationalité étrangère, soit 17,3% des personnes mises en cause pour atteinte aux biens. 252.957 Français ont été mis en cause, soit 82,7% des personnes interpellées en 2011.

Depuis 2008, le nombre d’étrangers mis en cause dans les vols a ainsi augmenté de 48,3%, alors que le nombre de Français interpellé a baissé de près de 8% sur la même période. Alain Bauer, le président de l’ONDRP, a expliqué mercredi sur Europe 1 que cette hausse de la proportion de personnes de nationalité étrangère s'explique notamment par "la délinquance de subsistance : on vole pour vivre" en raison de "la crise" dans leur propre pays.

En matière de dégradations ou de destructions, la proportion d'étrangers mis en cause ne dépasse pas 8% de 2006 à 2011, et ne progresse que très faiblement.

La part des personnes de nationalité étrangère dans les vols sans violence est supérieure à 20%. Un chiffre qui n’a cessé d’augmenter ces dernières années : +17,9% entre 2008 et 2009, +17,5% entre 2009 et 2010 et +14,8% entre 2010 et 2011. L’étude pointe du doigt une hausse de 105% en trois ans du nombre de vols simples contre des particuliers réalisés par des étrangers, mais aussi une augmentation de près de 74% des cambriolages  par des personnes étrangères et d’un accroissement de 39,3% des vols à l’étalage des étrangers.

A contrario, le nombre de Français mis en cause pour des vols sans violence a stagné, passant de 181.363 Français interpellés en 2008 à 182.376 en 2009, avant de baisser de 1,4% en 2010. Quant aux vols avec violences, 16% sont réalisés par des personnes de nationalité étrangère. Tandis que le nombre de Français en cause pour des vols avec violence est en baisse de près de 4%.

Pour le criminologue Alain Bauer, "plus les faits sont graves, moins les étrangers sont mis en cause".

Les Roumains sont surreprésentés

Parmi les étrangers particulièrement enregistrés figurent en premier lieu les Roumains. L’étude précise notamment que le nombre de mis en cause pour vols, de nationalité roumaine, a progressé de 114,4%. Pour les vols à l’étalage, le nombre de Roumains mis en cause s’est accru de 72%. Selon les chiffres de la police, les Roumains ont été deux fois plus arrêtés en 2011 qu’en 2008. Les quatre autres nationalités concernées sont les Algériens, les Marocains, les ex-Yougoslaves et les Tunisiens.