Delajoux-Johnny : ce que dit le rapport

  • A
  • A
Delajoux-Johnny : ce que dit le rapport
@ MAXPPP
Partagez sur :

Selon des experts, l'opération de Johnny est conforme, mais son suivi médical a été insuffisant.

88 pages très attendues. Les experts ont rendu jeudi leur rapport sur sur l'opération de Johnny Hallyday. Selon eux, l'intervention réalisée par le chirurgien Stéphane Delajoux le 26 novembre 2009 sur la star a été "conforme aux règles de l'art", contrairement au "suivi et à la surveillance postopératoire".

Une opération "conforme", un suivi insuffisant

En effet, selon les deux médecins, un infectiologue et un neurochirurgien, "le suivi et la surveillance postopératoires n'ont pas été conformes aux règles de l'art et aux données acquises de la science à l'époque des faits". "Lors de la chirurgie, une brèche durale s'est produite", écrivent - ils. En d'autres termes, la dure-mère, une membrane des méninges qui entoure la moëlle épinière, a été cassée, "provoquant une fuite du liquide céphalo-rachidien". C'est cette fuite qui a par la suite provoqué l'infection qui a justifié l'hospitalisation du chanteur à Los Angeles.

Du côté de la star, on retient donc que l'expertise met en cause le neurochirurgien. Le rapport met en évidence des "fautes et manquements caractérisés directement et personnellement imputables au docteur Delajoux", selon un communiqué de l'avocate du chanteur, Virginie Lapp.

Le camp du médecin ne désarme pas

Interprétation diamétralement opposée du côté de l'avocat de Stéphane Delajoux. Selon Hervé Témime, interrogé sur Europe 1, les experts ont estimé que "l’indication opératoire était pleinement justifiée, et l’opération s’est déroulée dans les règles de l’art. Reste une question en suspens : les experts considèrent qu’il y a eu un défaut d’information imputable au Dr Delajoux."

Mais même sur ce point, le camp du médecin ne désarme pas. "Ce défaut d’information, nous le contestons par des travaux scientifiques qui devront être discutés devant les tribunaux. L’alitement ou la station debout n’aurait rien changé, et rien ne permet de prouver que le sort de Johnny Hallyday aurait été différent s’il était resté alité."

Ecoutez Me Hervé Témime :

En face, Maître Virgine Lapp demande "que les responsables et leurs assureurs procèdent rapidement à l'indemnisation des préjudices découlant des dommages personnels subis et des souffrances endurées." Elle annonce également que son client compte "saisir l'Ordre des médecins d'une plainte à l'encontre du Dr Delajoux au vu des conclusions du rapport."

Voilà un feuilleton judiciaire que rien, décidément, ne semble pouvoir arrêter.