Découvrez le visage de "L’origine du monde"

  • A
  • A
Découvrez le visage de "L’origine du monde"
@ MAXPPP
Partagez sur :

Paris Match dévoile, jeudi, le visage de celle qui aurait posé pour le célèbre tableau de Courbet.

C’est un passionné d’art qui a fait cette miraculeuse découverte. Le célèbre tableau, L’origine du monde, de Gustave Courbet, a désormais un visage. Grâce à l’œil aguerri d’un amateur d’art, un tableau, représentant une femme couchée, la tête tombant légèrement en arrière, la bouche entrouverte, est sorti de l’anonymat. Il s’agit d’une toile de Gustave Courbet, révèle, jeudi, Paris Match. Et pas n’importe laquelle, affirme le magazine.  

>> Pour découvrir le visage de l'Origine du monde, cliquez ici.

Une œuvre incomplète

Après de multiples recherches, cet amateur d’art a constaté que les teintes de son tableau étaient similaires à celle de L’origine du monde. Il a donc comparé les dimensions des deux œuvres et a découvert que les proportions correspondaient parfaitement. Le constat est, pour lui, sans appel : il tient entre les mains le visage de L’origine du monde.

Le spécialiste de Courbet, Jean-Jacques Fernier revient sur cette découverte :

Une intuition confirmée par plusieurs experts. Tout correspondrait : les fils de la trame, les couleurs, mais aussi ces deux initiales, GC, au bas du tableau. L’origine du monde n’était donc pas, à l'origine, une œuvre centrée sur le sexe féminin, mais une œuvre incomplète qui aurait été découpée.

"Jo", la femme du tableau

A l'aide du spécialiste de Courbet, Jean-Jacques Fernier, l'amateur d'art a retracé l'histoire du tableau. Les deux passionnés en ont conclu que la femme qui a posé pour le peintre n'était autre que la maîtresse de l'artiste James Whistler, Joanna Hiffernan. Une belle Irlandaise avec qui Gustave Courbet a eu lui-même une aventure.

Le peintre, après l'avoir fait poser nue, aurait vendu son tableau à un riche diplomate ottoman, Khalil-Bey. Mais craignant que l’œuvre entière ne choque, il aurait décidé de découper la toile et de garder le visage de son modèle dans son atelier.

Le musée d'Orsay n'y croit pas

Mais l'avis Jean-Jacques Fernier ne fait pas l'unanimité. Ce n'est pas la main de Courbet, a fait savoir le musée d'Orsay, contacté par Europe 1. Pour que l’authenticité de la toile avec le visage soit avérée, il faudrait qu'elle soit expertisée par le laboratoire de recherche des musées de France. Mais celui-ci ne travaille que sur les œuvres appartenant aux musées. Il faudrait donc une dérogation pour examiner le visage, qui appartient à un collectionneur privé. Encore un peu de mystère...