De plus en plus de gardes à vue

  • A
  • A
De plus en plus de gardes à vue
@ MAXPPP
Partagez sur :

Entre 2004 et 2009, elles ont bondi de près de 23% et ont particulièrement progressé pour violences.

La garde à vue est une procédure que les policiers utilisent de plus en plus. C’est en tout cas ce que révèle un rapport de l'Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ) rendu public vendredi, qui pointe que le nombre de gardes à vue en France a bondi de près de 23% entre 2004 et 2009. Un chiffre près de deux fois plus élevé que celui des personnes mises en cause.

La raison ? Le rapport avance que, dans "une logique de judiciarisation", elles peuvent être "un impératif de consolidation juridique des procédures là où d'autres mesures plus souples et moins coercitives pourraient être l'occasion de contestations ultérieures".

Concrètement, 580.108 mesures de gardes à vue pour crimes et délits non routiers ont été prises en France en 2009, contre 472.063 en 2004, précise le rapport. 100.380 des gardes à vue de 2009, soit 17,30%, ont été prolongées au-delà de vingt-quatre heures, dont principalement celles pour actes de violences hors vol.

Plus de gardés à vue pour violences

Par grandes catégories d'infractions, l'augmentation la plus forte du nombre de gardes à vue l'a été pour atteintes volontaires à l'intégrité physique (hors vol), avec une hausse de 55,19 %. La plus faible a concerné les infractions économiques et financières, avec +10,03 %.

En matière d'atteinte aux personnes, le nombre de gardes à vue pour violences physiques non crapuleuses a augmenté de 72,58% entre 2004 et 2009, passant de 56.104 à 96.823. L'augmentation la plus élevée a concerné les coups et blessures volontaires non mortels sur personnes de plus de 15 ans : + 88,20% entre 2004 (40.456) et 2009 (76.148).

Pour les atteintes aux biens, le nombre de gardes à vue a accru de 10,44%. Le recours à la garde à vue pour ces atteintes a grandi pour faits d'incendie volontaire (6.005, soit + 34,97%), suivi des vols à l'étalage (23.985, soit + 21,71%). Celles pour cambriolages ont donné lieu à une hausse de 12,29%.