De plus en plus d’oubliés des vacances

  • A
  • A
De plus en plus d’oubliés des vacances
La journée des oubliés des vacances existe depuis 1979.@ MAXPPP
Partagez sur :

Le Secours populaire propose une journée d’évasion aux enfants qui ne partent pas.

Toujours plus nombreux. Cette année, près de 50.000 enfants participeront en août à l’opération du Secours populaire destinée à ceux qui n’ont pas les moyens de partir en vacances. L’association dit avoir enregistré une hausse de 15% des demandes de participation à cette journée et rappelle ce chiffre : cet été, un enfant sur trois ne part pas en vacances.

Pour Julien Lauprêtre, président du Secours populaire, "lorsqu’arrive le 15 août, l’enfant qui n’est pas parti ne partira pas". "C’est une véritable tragédie, toute une tranche de vie est ainsi oubliée", a-t-il observé mardi sur Europe 1. "Nous faisons tout pour que [le nombre d’enfants qui ne partent pas en vacances] diminue parce que c’est vraiment très douloureux".

L’ancien résistant a évoqué la première rédaction à l’école, sur le thème "racontez vos vacances". "S’il n’a rien fait, il est à sec devant sa copie", a-t-il jugé. La journée des oubliés des vacances, organisée depuis 1979, permet donc aux enfants d’être "comme les autres" et après une journée à la mer, ils auront autant de choses à raconter que d’autres après "trois semaines à Saint-Tropez".

4.000 enfants à Cabourg

Le 24 août, ils seront donc environ 4.000 enfants d’Île-de-France à se rendre à Cabourg, station balnéaire normande, encadrés par un millier de bénévoles. Des opérations similaires sont également prévues dans toutes les régions françaises. Les enfants du Nord-Pas-de-Calais et de Belgique iront ainsi sur la plage de Bray-Dunes et ceux de l’Orne visiteront le zoo de Thoiry. Budget pour l’association : environ 30 euros par enfant.

Sur Europe 1, Julien Lauprêtre a également dénoncé le "raz-de-marée" de la misère et indiqué que le Secours populaire faisait face à une hausse du nombre de personnes démunies. L’association a en effet aidé 2 millions de personnes en 2009 et 2,4 millions en 2010, un chiffre déjà atteint pour l’année en cours.