Le tribunal administratif de Marseille, qui avait ordonné en décembre de remettre en état, en urgence, les cellules de la prison des Baumettes, a enjoint jeudi à l'administration pénitentiaire d'engager d'autres travaux dans un délai de trois mois. Cette décision a été rendue dans le cadre d'un référé, dit de mesures utiles, engagé par l'Observatoire international des prisons (OIP), déjà à l'origine de la décision rendue par la même juridiction le 14 décembre dans le cadre d'une procédure en urgence de référé liberté.

Les travaux à effectuer concernent l'étanchéité du bâtiment D de la prison; l’installation de cloisons d’intimité dans 161 cellules; la mise en conformité électrique (2e phase) pour prévenir les risques d'incendie; enfin la remise en état des monte-charges destinés au transport des déchets, selon l'ordonnance du juge des référés. "Le commencement de ces travaux devra intervenir au plus tard dans un délai de trois mois", indique l'ordonnance. D'autres demandes de l'OIP visant à fermer trois bâtiments de la prison à titre conservatoire ont en revanche été rejetées.

"C’est évidemment une grande victoire dans le combat mené par l’Observatoire international des prisons contre l’insalubrité de la prison des Baumettes et pour le respect du droit à la dignité des détenus", a commenté Me Patrice Spinosi, l'avocat de l'OIP. "Cela démontre également que si des efforts ont été faits par l’administration, ceux-ci ne sont pas encore suffisants", a-t-il ajouté.