De la "vapeur d'ADN" pour contrer les braqueurs

  • A
  • A
De la "vapeur d'ADN" pour contrer les braqueurs
@ MAXPPP
Partagez sur :

70 bijoutiers de la Côte d'Azur se sont réunis pour rendre plus sûrs leurs établissements.

Comment mieux protéger les bijoutiers des braquages ? Environ 70 bijoutiers de la Côte d'Azur se sont réunis vendredi pour tenter de rendre plus sûrs leurs établissements. Alors qu'il est fortement déconseillé aux bijoutiers de s'armer, une autre "arme" intéresse les bijoutiers. Il s'agit de "la vapeur d'ADN" permettant de retrouver plus facilement les auteurs des braquages.

Comment ça marche ? Ce système, "testé en Grande-Bretagne", diffuse une vapeur contenant une trace d'ADN unique "propre à chaque bijouterie", a expliqué le président de la chambre, Jan Arin. L'aspersion de ce gaz "inodore, incolore et sans danger" se déclencherait "dans certains cas de figures que nous ne préférons pas détailler", a-t-il souligné, et ne serait donc pas diffusé sur tous les clients. Quant aux personnes "vaporisée", cet ADN reste sur le corps pendant six mois, même après s'être lavées, ce qui permettrait de confondre les auteurs de braquage plus facilement, a-t-il précisé.

>> A lire - Braquage : comment sont formés les bijoutiers ?

Quelles réactions ? "Cette solution fait l'unanimité chez les bijoutiers et plusieurs d'entre eux sont dès à présent très intéressés par ce système, et commencent à étudier les devis", a indiqué samedi dans un communiqué la chambre syndicale de la bijouterie-joaillerie de la Côte d'Azur.

D'autres solutions ? Parmi les autres dispositifs de défense de leurs établissements, les bijoutiers ont également retenu les systèmes de fumigène anti-braquage ou la multiplication des patrouilles de police suggérée par le ministre de l'Intérieur Manuel Valls lors de sa venue à Nice mardi. Des systèmes de communication avec la police par SMS ou par boîtier d'appel géolocalisable sont également envisagés.

Les bijoutiers souhaitent également que les caméras de surveillance des villes soient placées à proximité de leurs établissements. Ils aimeraient enfin qu'un crédit d'impôt leur soit proposé pour s'équiper en système de sécurité.

Le 11 septembre, à Nice, un braqueur a été tué par un bijoutier. Attaqué par deux hommes à l'ouverture de son magasin, le commerçant, Stephan Turk, s'était saisi d'une arme acquise illégalement et avait tiré à trois reprises sur les deux braqueurs qui prenaient la fuite à scooter, touchant mortellement l'un d'entre eux. Le bijoutier a été mis en examen pour homicide volontaire et assigné à résidence avec surveillance électronique.