"De la haine envers l’institution judiciaire"

  • A
  • A
"De la haine envers l’institution judiciaire"
@ MAXPPP
Partagez sur :

EXCLU - Sorti de prison et dans l'attente de son nouveau procès, Loïc Sécher se confie à Europe 1.

"Pour la première fois depuis ma sortie de prison, j’ai réussi à passer une nuit correcte, sans la lumière des surveillants qui passent toutes les heures". Visiblement ému, les mots rares, Loïc Sécher est revenu jeudi sur Europe 1 sur ses 2. 645 jours de détention. Et a évoqué son avenir.

"En paix avec moi-même"

Loïc Sécher, qui sera rejugé après l'annulation de sa condamnation en 2003 à 16 ans de réclusion pour le viol d'Emilie, a assuré jeudi n'avoir pas de haine si ce n'est "par rapport à l'institution judiciaire". "Je suis en paix avec moi-même et prêt à affronter un nouveau procès" a-t-il assuré. Mardi, la Cour de révision a décidé d'annuler sa condamnation et de le rejuger devant la cour d'assises de Paris.

"La seule haine que j’ai, c’est par rapport à l’institution judiciaire". "Il faut que les citoyens s’interrogent sur le fonctionnement de l’institution judiciaire, il faut essayer de comprendre comment et pourquoi j’ai pu en arriver là".

"Emilie, victime d'une erreur judiciaire"

"Cela ne peut être que dur de reconstituer une vie au quotidien" a expliqué Loïc Sécher. Cela serait trop simple si on pouvait se remettre d’une telle épreuve aussi facilement". "Mais je n’ai pas de haine" a assuré l’ancien ouvrier agricole.

"Je n’en veux pas du tout à Emilie (NDLR : son accusatrice) car je considère qu’elle aussi est victime d’une erreur judiciaire". "Aujourd’hui, j’ai envie de lui adresser un message d’encouragement". "Je lui souhaite de retrouver la paix et de se reconstruire le plus vite possible".

"Eloigné de mes proches"

Libre mais sous contrôle judiciaire, Loïc Sécher a l’interdiction de résider près du domicile d’Emilie et doit éviter les départements d’Ile-et-Vilaine, de Loire-Atlantique, du Maine-et-Loire et de Vendée. Des obligations ressenties comme des contraintes. "C’est un problème" a reconnu Loïc Sécher. "Je suis éloigné de mes proches, de ma famille. Ils vont être obligés de faire des déplacements pour me voir".

Loïc Sécher est sorti de la prison de Nantes mardi soir. Il avait été condamné en décembre 2003 par la cour d'assises de Loire-Atlantique après avoir été accusé d'avoir, trois ans plus tôt, violé à plusieurs reprises une jeune fille de 13 ans. Un verdict confirmé en appel puis par la cour de cassation. Le 7 avril 2008, son accusatrice a affirmé dans une lettre que Loïc Sécher était "innocent", ne supportant "plus de le savoir en prison".