Cruiser : un pesticide désormais interdit
Lors d'une manifestation contre les pesticides et les OGM en 2011. © MAX PPP

Accusé de contribuer au déclin des abeilles, il n'a désormais plus d'autorisation de vente.

Il était accusé "d'être un tueur d'abeilles". Le pesticide Cruiser OSR, utilisé pour traiter le colza, est désormais définitivement interdit en France après la levée de l'autorisation de mise sur le marché, a annoncé vendredi le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll.

Cette annonce est loin d'être une surprise. Après l'avis de l'Agence sanitaire pour l'alimentation et l'environnement (Anses) pointant l'impact néfaste sur les abeilles d'une des molécules actives du Cruiser, le thiaméthoxam, le ministère avait indiqué début juin qu'il était favorable à cette interdiction.

Les effets nuisibles attestés

Le groupe suisse Syngenta qui commercialise le Cruiser OSR bénéficiait de 15 jours pour faire part de ses observations. Les arguments donnés par la société lors de la procédure contradictoire ne remettent pas en cause l'avis de l'Anses, a expliqué le ministre. La procédure a été respectée, a-t-il également précisé.

L'avis de l'Anses avait été demandé fin mars par le précédent ministre de l'Agriculture Bruno Le Maire après la publication dans la revue Science d'une étude française attestant d'effets nuisibles du thiametoxam sur les abeilles. Les abeilles qui consomment du nectar contenant la molécule à faible dose seraient susceptibles de troubles du comportement affectant leur capacité à revenir à leur ruche. Cet effet pourrait contribuer au déclin des colonies concernées, selon l'Anses.

Le fabricant contre-attaque

Syngenta semble cependant bien décidé à ne pas en rester là. La fabricant suisse a annoncé qu'il attaquait en "référé suspension" la décision du gouvernement. Selon le porte-parole de la société, "il n'y a pas d'alternative au Cruiser OSR". Les agriculteurs vont donc devoir reprendre les pulvérisations dans les champs, alors que le pesticide était jusqu'ici enrobé autour des semences.