Corse : Olivier Sisti, le "trompe la mort"

  • A
  • A
Corse : Olivier Sisti, le "trompe la mort"
La fenêtre de l'hôpital de Bastia, où le restaurateur corse a été victime d'une troisième tentative d'assassinat.@ MAXPPP
Partagez sur :

PORTRAIT - Ce restaurateur a été la cible de tirs sur son lit d'hôpital. Entre autres.

Il a échappé au pire. A trois reprises. Olivier Sisti a été victime en une semaine de deux tentatives d'assassinat après l'incendie de sa paillote, et ce deux ans après avoir été déjà pris pour cible. Les jours de cet homme lourdement blessé ne seraient plus en danger. Il a gagné au passage le surnom de "trompe la mort" en Corse.

Âgé de 37 ans, Olivier Sisti tenait un restaurant de plage, à Ghisonaccia, au centre-est de la Corse qui a donc été incendié le 19 mai dernier. Ce commerçant était connu par les services de police pour racket. La justice l'avait d'ailleurs condamné, en 2002, à cinq ans de prison pour extorsion de fond.

Un restaurateur de plage connu des services de police

L'acharnement de ses agresseurs ne serait pas dû au hasard. Les enquêteurs estiment que l'homme appartient aux bandes qui s'affrontent depuis un an et demi dans la Plaine orientale. Cette région corse est l'objet de vives convoitises, depuis quelques années, en matière d'immobilier et de tourisme.

Le profil d'Olivier Sisti rappelle, par ailleurs, celui d'un autre tenancier de restaurant de plage, assassiné l'an dernier à Ghisonaccia, quelques semaines après l'incendie de sa paillote. Dominique Ferrari était mort après avoir été touché à cinq reprises au thorax par des tirs d'arme à feu.

Mais Olivier Sisti, lui, a toujours réussi à s'en sortir vivant. En 2010, des tirs de chevrotine l'avaient touché au dos et aux jambes, mais pour en réchapper, il s'était jeté sous un camion avant d'attendre l'aide d'un ami. Et le 21 mai dernier, le restaurateur a eu le courage après avoir reçu une décharge en plein visage de semer ses poursuivants, avant de se rendre jusqu'à une caserne de pompiers quelques kilomètres plus loin.