Copies de philo cherchent correcteurs

  • A
  • A
Copies de philo cherchent correcteurs
3.000 copies de philo n'ont pas de correcteur en Ile-de-France.@ MAXPPP
Partagez sur :

En Ile-de-France, 3.000 dissertations sont en rade. Les professeurs sont censés se les partager.

Les candidats au bac en Ile-de-France auront-ils tous une note en philo ? La tâche s’annonce difficile, car 3.000 copies attendent toujours leurs correcteurs, alors que l’épreuve a été passée la semaine dernière par les lycéens. Un problème que les professeurs de philosophie de la région ont découvert lundi, à l’occasion d’une réunion, où 24 paquets de copies les attendaient.

Alors que ces correcteurs du baccalauréat ont déjà leur lot de dissertations et de commentaires de textes à corriger, on leur a demandé de se partager les 3.000 copies qui n’ont pas trouvé preneur. Une nouvelle que ces professeurs ont du mal à digérer en cette période de réduction des effectifs.

"On ne peut pas les corriger"

"A supposer qu’on les veuille, on ne peut pas les corriger. On a 150 copies, avec huit jours pour les faire, même si je le voulais, je ne pourrais pas", a affirmé un professeur de philo à Europe 1. "Il est hors de question que je puisse en prendre. On ne peut pas supprimer 10.000 postes chaque année et s’étonner qu'on n'ait personne pour corriger", a-t-il ajouté, très agacé.

Des profs qui sont partagés entre leur conscience professionnelle - ils ne veulent pas nuire aux élèves - et le sentiment de céder au chantage du gouvernement, s’ils corrigent ces copies. Interrogé sur ce qu’il va advenir de ces copies, un professeur a lancé au micro d’Europe 1 : "ce qu’on va faire je m’en fous éperdument ! Ils n’ont qu’à les envoyer à Chatel (le ministre de l’Education nationale, ndlr) pour les corriger !".

Lundi après-midi doit se tenir une réunion de professeurs de philosophie, pour décider de ce qui vont ces copies issues des académies de Versailles, Créteil et Paris. Le directeur de la maison des examens, de son côté, se veut optimiste. "On va trouver des correcteurs, ça va marcher", a-t-il confié à Europe 1.