Conditions de détention : un ex-détenu à Orléans indemnisé

  • A
  • A
Conditions de détention : un ex-détenu à Orléans indemnisé
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le tribunal administratif d'Orléans a condamné l'Etat à indemniser un ancien détenu pour l'avoir confiné dans une "cellule suroccupée".

La décision de justice est rarissime. Le tribunal administratif d'Orléans a condamné l'Etat à indemniser un ancien détenu pour l'avoir confiné dans une "cellule suroccupée", a-t-on appris vendredi auprès du tribunal. L'Etat a été condamné à verser 1.310 euros de dommages et intérêts à l'ancien détenu.

Une détention incompatible avec la dignité humaine. Le jeune homme, âgé à l'époque de 26 ans, avait été incarcéré de mars 2010 à juin 2011 à la maison d'arrêt d'Orléans. Le tribunal a estimé que sa détention dans une cellule de 9 mètres carrés, avec deux autres prisonniers, pendant 262 jours, était incompatible avec la dignité humaine.

"Des cellules particulièrement vétustes". L'avocate de l'ancien détenu, Me Hélène Chollet, a dénoncé la détention de son client dans "des cellules particulièrement vétustes, présentant d'importantes carences en termes d'hygiène et de salubrité". Et de souligner : "la ventilation insuffisante, la faible luminosité et la contiguïté des toilettes avec le coin repas".

"Nul ne peut être soumis à des traitements inhumains". Pour les juges administratifs, ce confinement dans un "espace réduit d'une cellule sur-occupée" contrevenait donc à l'article 3 de la Convention européenne des droits de l'homme qui stipule que "nul ne peut être soumis à des traitements inhumains ou dégradants".

"S'agissant des mesures privatives de liberté, si elles s'accompagnent inévitablement de souffrance et d'humiliation pour le prisonnier, celui-ci doit être détenu dans des conditions compatibles avec le respect de la dignité humaine et les modalités de détention ne doivent pas soumettre la personne à une détresse ou une épreuve qui excède le niveau de souffrance inhérent à une telle mesure", ont relevé les magistrats d'Orléans en retenant la faute de l'administration pénitentiaire.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460-1_scalewidth_460

EN IMAGES - La prison des Baumettes, ce cauchemar

RETOUR SUR - Prisons : André Vallini lance un appel

HISTOIRE - Il pourrait être libéré à cause de l'état de sa cellule

JUSTICE - Condition de détention : l'Etat condamné