Condamné pour le meurtre de son ex

  • A
  • A
Condamné pour le meurtre de son ex
@ MaxPPP
Partagez sur :

Déja condamné au procès des "tournantes", Mahamadou Doucouré a écopé de 30 ans mardi.

Moins d'un mois après avoir été condamné pour viol dans l'affaire des tournantes de Fontenay-sous-Bois, Mahamadou Doucouré a écopé mardi soir d'une peine de 30 ans de réclusion criminelle assortie de 20 ans de sûreté pour le meurtre de son ex-compagne en 2010.

La cour d'assises du Val-de-Marne l'a, en revanche, acquitté des faits d'enlèvement pour lesquels il était également poursuivi, estimant qu'"il disposait au moments des faits d'un droit de visite à son fils sur lequel il exerçait légalement une autorité parentale".

Une réadaptation impossible

Avant que la cour ne se retire pour délibérer, l'avocate générale Myriam Quemener a souhaité que l'homme soit condamné "sévèrement" pour un "crime absolument horrible". Elle a jugé "impossible de se prononcer sur la possibilité de sa réadaptation (...)".

"Désolé pour le mal que je vous ai fait, d'avoir chamboulé votre vie. Je suis sincèrement désolé, je vous demande pardon", a déclaré cet homme de grande taille, crâne rasé, à la famille de son ancienne compagne.

Détermination du meurtrier

Cette dernière est morte à 25 ans, le 16 février 2010, lorsque Mahamadou Doucouré s'est présenté au petit matin à son domicile de Fontenay-sous-Bois où il l'a tuée de 22 coups de couteau. Il avait ensuite pris la fuite avec leur petit garçon de 18 mois mais avait été interpellé le soir-même après une procédure nationale d'alerte-enlèvement. Il était à cet égard également jugé pour enlèvement d'enfant.

La représentante du ministère public a insisté sur "la détermination et l'organisation" avec lesquelles le meurtre a été commis. La jeune femme "a été condamnée à mort avec une exécution immédiate" par un homme dont "le mobile se situe dans la jalousie, dans le besoin d'emprise sur l'autre".
 

A LIRE - Le lourd passif de Mahamadou Doucouré