Condamné pour avoir cuisiné du pavot

  • A
  • A
Condamné pour avoir cuisiné du pavot
@ Max PPP
Partagez sur :

Un homme était jugé pour avoir confectionné de la pâte de "rachacha" qui a tué deux personnes.

Il était loin d'imaginer que sa préparation au pavot allait le conduire devant la justice. Un jeune homme de 32 ans, jugé pour pour homicide involontaire après la mort de deux personnes, a été condamné lundi par le tribunal correctionnel de la Roche-sur-Yon à 20 mois de prison avec sursis. Sa peine a été assortie d'une mise à l'épreuve de deux ans et d'une obligation de soins et de travail.

Les faits remontent au 23 août dernier, à Fontenay-le-Compte, en Vendée. Le jeune homme, qui a reconnu les faits lors de l'audience, confectionne une pâte concentrée de têtes de pavot, surnommée "rachacha", qu'il avait l'habitude d'avaler sous forme de petites boulettes. Il décide alors de partager cette nourriture avec des amis de passage. Ces derniers, peu habitués à manger ce genre de nourriture, meurent peu de temps après d'une overdose.

Trop tard pour les secours

De son côté, le "cuisinier" perd connaissance et se réveille quelques heures après avoir ingurgité la préparation. Quand il décide d'appeler les secours, il est trop tard. L’autopsie a montré que le décès des victimes avait été provoqué par une obstruction des voies respiratoires liée aux stupéfiants.

L'enquête a montré que le pavot provenait du champ d'un agriculteur qui travaillait avec une filiale du groupe Sanofi-Aventis. L'agriculteur commercialisait le pavot à œillette à des fins médicales. La fleur permet en effet de produire de la morphine, utilisée pour traiter la douleur.

Plusieurs champs de pavot ont, depuis, été répertoriés en Vendée. Mais la discrétion est de mise pour empêcher la cueillette de cette fleur, indique Ouest-France. Certains sites recensent toutefois les endroits où l'on peut cueillir du pavot en France.