Concours Lépine : et l'invention de l'année est...

  • A
  • A
Concours Lépine : et l'invention de l'année est...
@ Maxppp
Partagez sur :

Le concours d'inventions a livré son verdict samedi soir : baguette de pain et repassage sont à l'honneur.

Le stylo bille, le fer à repasser ou encore les lentilles de contact n'auraient peut-être jamais existé sans lui. Chaque année, le concours Lépine récompense des inventions qui peuvent, ou pas, changer notre quotidien. L'édition 2014 a consacré samedi soir deux inventeurs entrepreneurs dans l'âme, décidés à conquérir le monde avec leur innovation: un boulanger de Moselle, Jean-Louis Hecht, et un inventeur en série niçois, Raoul Parienti. Au programme : distributeur automatique de baguettes et miroir faisant office de fer à repasser.
>> RETOUR SUR - Concours Lépine : ces inventions qui ont changé notre quotidien

Un distributeur-cuiseur de baguettes. Le lauréat du premier prix, celui du Président de la République est l'inventeur d'un automate capable de vendre 24 heures sur 24 et sept jours sur sept des baguettes cuites à la demande, qui a breveté le fruit de son invention avec son frère Jean-Claude. Il a déjà installé une vingtaine de machines dans l'est de la France, une en région parisienne et en a vendu quatre en Russie. Les deux frères ont reçu samedi soir à la Foire de Paris le fameux vase en porcelaine de Sèvres du concours vieux de 113 ans.

11.05.Concours.lepine.baguette.DR.930.620

© DR


Jean-Louis Hecht voit dans son invention à la fois une solution pour réduire les files d'attente dans les boulangeries et pour reconquérir les communes de France où le boulanger a disparu mais aussi un moyen de vendre massivement la baguette française à l'étranger. "Nous avons le monde entier à conquérir", s'est-il exclamé en expliquant le fonctionnement de cette massive armoire bourrée d'électronique partagée entre une chambre froide à 8 degrés pouvant garder quelques jours 120 baguettes précuites, un four et un espace chaud à 39 degrés. Une pièce d'un euro glissée dans la fente et l'automate achève la cuisson en 10 secondes. Le tout est sous surveillance et télémaintenance depuis un ordinateur ou un smartphone.
Et un miroir qui permet de repasser le linge. Le Grand prix du Sénat récompense en 2e place Raoul Parienti, pour un système de repassage à vapeur intégré dans un miroir mural pivotant de six centimètres d'épaisseur. Lui aussi s'est fixé comme objectif la planète entière, des villas au luxe tapageur du pourtour de Moscou aux minuscules appartements des agglomérations tentaculaires du Japon, sans oublier les grandes chaînes hôtelières. Il dit avoir déposé son brevet "dans la plupart des pays industrialisés et dans tous les pays émergents".

"Un jour, en ouvrant le placard pour sortir la planche je l'ai prise sur la tête, j'ai dormi assez mal et le matin j'ai pensé à une solution", raconte ce diplômé du Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) et ancien professeur de mathématiques, à l'origine du pass Navigo de la RATP, du tricycle ultraléger Freeway et qui, dès 1986, avait pensé à une voiture en partage telle que l'Autolib' actuelle.

Des groupes hôteliers ont donné leur accord pour son miroir, qui sera commercialisé en fin d'année, affirme-t-il. "Nous avons des ambitions mondiales et le marché japonais est celui où nous allons vendre le plus d'après des études: les Japonais veulent toujours avoir une présentation impeccable et ont très peu d'espace". "La France va très mal et l'innovation sera source de solutions pour que le pays aille mieux", dit avec passion ce petit homme d'origine italienne né en Tunisie et arrivé en France à l'âge de cinq ans.