Compostelle : le Français tué était jeune papa

  • A
  • A
Compostelle : le Français tué était jeune papa
@ MaxPPP
Partagez sur :

PORTRAIT - Jean-Baptiste Loirat partait rejoindre sa femme et son bébé, en vacances.

Il s’appelle Jean-Baptiste Loirat. Mercredi dernier, ce Français de 35 ans, installé en espagne, a pris le train pour rejoindre femme et enfant "dans la maison de vacances des parents de Matilde", son épouse espagnole, en Galice. Ce train, c’est celui qui a déraillé à Saint-Jacques de Compostelle et tué 79 personnes, mercredi dernier. Dont Jean-Baptiste.

>> A LIRE AUSSI : un Français parmi les victimes du déraillement

loirat

"Il était père de famille depuis le 12 juin". Sa tante, Marie-Anne Loirat, a pris la parole, dimanche, pour décrire son neveu, "un jeune papa très heureux, adorable, très famille et plein d'amour", a-t-elle expliqué. Aîné d'une fratrie de quatre enfants, Jean-Baptiste Loirat "était père de famille depuis le 12 juin". Il avait rencontré son épouse - Matilde, une jeune femme espagnole -, lors de leurs études vétérinaires à Nantes. Et après un stage au Vietnam, Jean-Baptiste et Mathilde avaient décidé de s’installer en Espagne, à Madrid.



"On l’appréciait beaucoup, Jean-Baptiste était un neveu idéal. Très consciencieux dans son travail, très serviable. Avec Matilde, ils formaient un petit couple adorable", a quant à lui déclaré son oncle, Paul Loirat, dans le Journal du Dimanche.

Un professionnel passionné. Sur le CV qu'il a lui même mis en ligne sur le réseau social Linkedin, le parcours professionnel du jeune Nantais semble exemplaire. Diplômé de l'école vétérinaire de Nantes, il avait ensuite consacré sa thèse de doctorat à l’évaluation d’un projet de Vétérinaires sans frontières, au Vietnam, avant de suivre une spécialisation en épidémiologie à Maison-Alfort, Toulouse et Barcelone. "C’était un passionné, spécialiste des vaches et des chevaux", se souvient dans le JDD le professeur Blanco, qui a  travaillé avec Jean-Baptiste dans une clinique de Madrid. Et de conclure : "c’était un ancien collègue mais c’était surtout un ami".