Comment vont les jeunes Français ?

  • A
  • A
Comment vont les jeunes Français ?
@ Patrick Sheàndell O' Carroll/AltoPress/Maxppp
Partagez sur :

L'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé a dressé le bilan de santé des 15-30 ans.

Le bilan. Comment se portent les jeunes Français âgés de 15 à 30 ans ? L'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes) s'est penché sur cette période charnière de la vie, passage de l'enfance à l'âge adulte. Après avoir interrogé 6.000 jeunes en 2009 et 2010, elle en a tiré un baromètre. Conclusion : "Le bilan est positif, les jeunes dans leur immense majorité vont bien même si des comportements à risques subsistent comme l'attestent une hausse récente du tabagisme et des épisodes d'alcoolisation ponctuelle importants" résume François Beck, qui a coordonné le Baromètre

Les femmes en moins bonne santé. 96% des jeunes s'estiment en bonne santé et 48% jugent même leur santé excellente, un sentiment qui diminue avec l'âge. Les femmes se portent toutefois moins bien, affichant un score de qualité de vie inférieur de 10 points à celui des hommes. Ces dernières se déclarent également plus sujettes aux problèmes d'anxiété (39% contre 28% des hommes) et de dépression (34% contre 24% des hommes).

Le tabac est reparti à la hausse. Bien que les jeunes soient mieux informés sur les risques de la cigarette, la consommation de tabac est repartie à la hausse, après une baisse au milieu des années 2000. La hausse est plus forte chez les jeunes hommes de 15 à 19 ans : 26,5% fumaient en 2010 contre 24% en 2005. "Avec 44% de fumeurs dont 36% de fumeurs réguliers, les 15-30 ans sont la classe d'âge qui fume le plus, mais également celle qui résiste le plus à l'arrêt du tabac" souligne François Beck.

Bonnes nouvelles, toutefois : la première cigarette est fumée plus tard  (15,6 ans en 2010 contre 15,2 ans en 2005) et les femmes de 15 à 30 ans fument moins, alors que le tabagisme est en hausse chez leurs aînées.

>> A lire : Un vaccin prometteur contre la dépendance

Le "binge drinking" gagne du terrain.  Comme pour le tabac, la consommation d'alcool est repartie à la hausse. Alors que la France se classe au 6e rang européen pour le tabagisme des jeunes, elle est montée au 12e pour les ivresses ponctuelles. Les Français s'adonnent en effet de plus en plus au "binge drinking", ces "beuveries express" venues du Royaume-Uni : 25,5% reconnaissent avoir bu au moins six verres en une seule occasion au cours du mois écoulé. Ils sont 18% parmi les 31-45 ans et 10% chez les plus de 60 ans. Dans le même temps, la consommation d'alcool au quotidien reste rare chez les jeunes (2,5% contre 27% chez les 61-75 ans).

Il s'agit avant tout d'une "mode" en train de se généraliser en Europe, voire au niveau mondial, note François Beck. "Les jeunes voient un intérêt à court terme dans la consommation d'alcool, être désinhibés, être ivres entre amis".

02.09.Bandeau.biere.alcool.Reuters.460.100

© REUTERS

Le cannabis stable. Après avoir fortement progressé dans les années 90, l'usage du cannabis s'est stabilisé depuis le début des années 2000. La France occupe toutefois la première place européenne pour l'usage récent du cannabis (une fois au cours des 30 derniers jours) chez les jeunes de 15-16 ans.

Mais François Beck note que la plupart n'y donne pas suite : si près de la moitié (44%) des 15-30 ans ont déjà expérimenté le cannabis, les trois quarts des 26-30 ans n'en ont pas consommé dans l'année écoulée.

>> A lire : EXCLU : La France mauvaise élève pour la consommation de drogues