Comment est née la quenelle de Dieudonné ?
© Reuters

Née en 2005 dans un sketch de l'humoriste, la quenelle est clairement devenue un geste antisioniste en 2009.

Pas un jour ne passe sans que "la quenelle" de Dieudonné ne fasse l'objet d'une polémique. Dernièrement, un député UMP a même annoncé qu'un texte de loi pour interdire ce geste était en préparation. Salut antisémite pour certains, bras d'honneur anti-système pour d'autres, ce geste a été popularisé par Dieudonné, l'humoriste ô combien controversé. Mais quelle idéologie se cache vraiment derrière ce geste ? Europe1.fr fait le point.

La première quenelle remonte à 2005. "Dieudonné a baptisé ça 'quenelle' en référence au plat dont la forme rappelle celle d’un suppositoire", explique Ahmed Moualek, ancien ami de l’humoriste, interrogé par Les Inrocks. Le premier sketch dans lequel Dieudonné effectue une quenelle remonte à 2005. Dans son spectacle, baptisé 1905 et porté sur les méfaits de la religion, l'humoriste évoque la bêtise des hommes. Pour appuyé son argumentation, il prend l'exemple d'un dauphin qui "se fout de la gueule des hommes" quand il les voit. "Le dauphin, sa nageoire, il va nous la foutre jusque-là", lance-t-il en plaçant sa main sur son épaule opposée, dont le bras est tendu vers le bas. La quenelle est née.

Dans le cas précis, le geste ne véhicule aucune revendication antisémite. Mais a y regarder de plus près, le contexte du spectacle interpelle. Quelques minutes plus tôt, Dieudonné évoque "la Terre promise". "Je ne peux pas la louper. A la télévision, on ne voit que ça", explique-t-il en disant que cela le fait vomir. "J’ai vomi immédiatement. J’y peux rien, j’ai un problème, je suis taquin, j’aime faire chier les cons et ces derniers temps, je suis tombé sur un filon", commente-t-il.

Voici le sketch où il est question de la "Terre promise" (2'30) et de "quenelle" (7'58) :


Des signes avant-coureurs d'une radicalisation. Un filon qu'il exploite en réalité depuis le début de sa carrière, dans les années 2000. Alors qu'il faisait des duos avec Elie Semoun, Dieudonné s'amusait en effet à jouer le rôle d'un africain, surnommé Bokassa ; alors que son compère campait le rôle d'un juif, surnommé Cohen. Mais le vrai tournant intervient le 1er décembre 2003, sur le plateau de On ne peut pas plaire à tout le monde. Dieudonné, déguisé en activiste extrémiste sioniste, improvise un sketch (plutôt malaise) dans lequel on sent déjà la position antisioniste qui sera la sienne quelques années plus tard.

Dieudonné embarrasse Marc-Olivier Fogiel sur France 2 :


En 2009, Dieudonné assume clairement son discours. Et la quenelle devient alors le bras armé de son idéologie. Le geste fait sa première apparition publique à l'occasion de la campagne antisioniste lors des élections européennes de 2009. Sur l'affiche de campagne, Dieudonné effectue une quenelle aux côtés d'Alain Soral, idéologue d'extrême droite. "Pour moi, c'est cette affiche qui a donné de la visibilité à ce geste. Il était peut-être connu des fans de Dieudonné avant mais c'est vraiment avec cette campagne qu'il a touché un large public et qu'il est devenu populaire", analyse Jean-Paul Gautier, historien et auteur du livre La Galaxie Dieudonné, interrogé par FTVi. A l'époque, Dieudonné expliqué que cette campagne visait à "glisser une petite quenelle dans le fond du fion du sionisme".

Voici l'affiche en question : 

quenelle-antisioniste

Quel message véhicule ce geste ? La question est périlleuse. En raison de la viralité du phénomène, la quenelle est en effet devenue un geste que les auteurs se sont réappropriés, lui donnant ainsi des significations multiples. "La quenelle est avant tout un code identitaire, qui a acquis une vraie popularité chez les jeunes. Difficile de dire que tous ont conscience de la portée de ce geste", abonde Jean-Yves Camus, le spécialiste de l'extrême-droite, interrogé par Libération.

Généralement, la quenelle est présentée, soit comme un salut antisémite, soit comme un geste antisystème. Une analyse semble toutefois faire consensus : il s'agit d'un geste anti-système, mais sachant que selon Dieudonné le système est à la botte des juifs, la quenelle est donc un geste antisémite. "C’est un bras d’honneur au système, c’est-à-dire aux médias, aux politiques mais aussi à Israël. Mais tout est lié, on ne va pas se raconter d’histoire, non?", reconnaît l'ancien ami de l'humoriste, Ahmed Moualek. Comme le résumé Jean-Yves Camus, Dieudonné entraîne avec lui "une mouvance transversale, antisystème et complotiste, dont l'antisémitisme reste la colonne vertébrale. Leur vision du monde est celle d'un ordre mondial dominé par l'axe Washington–Tel-Aviv".

31.12.Quenelle.Valls.DR.930

© DR

Qui fait ce geste ? Un temps connue seulement par les fans de Dieudonné, la quenelle s'est véritablement popularisée ces derniers mois, pour finalement devenir un mème, une image issue de la sphère publique, reprise et détournée massivement par les internautes. Les fans de Dieudonné s'amusent notamment à "glisser" des quenelles sur les plateaux de télévision ou devant des personnalités politiques et médiatiques. Yann Barthès en a récemment fait les frais sur le plateau du Petit journal. Un membre du public a en effet effectué pas moins de seize quenelles devant les caméras. Mais le Petit Journal est loin d'être un cas isolé, des quenelles ont également été "glissée" par les participants de Pékin express, Top chef, ou encore Secret Story.

Les candidats de Pékin express en train de faire une quenelle : 

quenele-pekin-express

A leur insu, des politiques ont également été photographiés aux côtés de jeunes "quenellistes". C'est notamment le cas de Manuel Valls. Autre tendance, les quenelles réalisées devant des lieux symboliques de la judéité. On retiendra notamment le cliché d'Alain Soral devant le mémmoriel de la Shoah, à Berlin et celui d'un jeune devant Auswitch. Et à chaque fois, la tradition veut que les quenelles soient publiées sur Facebook ou des sites pro-Dieudonné.

Et les célébrités ? Dieudonné bénéficie également d'un certain relais auprès des célébrités, notamment dans le mileu sportif. Tony Parker, Yannick Noah, Teddy Rinner, Mamadou Sakho, tous ont été photographiés en train d'effectuer une quenelle. Mais, ils ont tous assuré par la suite qu'ils ne connaissaient pas l'idéologie qui se cachait derrière ce geste. D'autres ont agi en parfait connaissance de cause.

Mamadou Sakho et Dieudonné, 930

Mamadou Sakho en train de faire la quenelle aux côtés de Dieudonné. © Capture d'écran Youtube

C'est le cas de Le 21 juin, le footballeur de Montpellier Mathieu Deplagne est même venu récupérer sa Quenelle d’Or, "catégorie sportive", des mains de Dieudonné, rappelle Slate. Il avait été récompensé par l'humoriste pour avoir réalisé une quenelle après avoir marqué son premier but en pro face au FC Sochaux. Le lendemain, son geste faisait la Une de Midi Libre.

sur le même sujet, sujet,

EXPLICATION - NBA : Parker s'excuse pour sa quenelle

RETOUR SUR - Valls aussi piégé par la "quenelle"

EXPLICATION - Anelka justifie sa quenelle comme "une dédicace"

REACTION - Jouanno : "la quenelle est un geste nazi"