Combien pour la journée de solidarité?

  • A
  • A
Combien pour la journée de solidarité?
La Journée de solidarité a rapporté 2,33 milliards d'euros en 2011.@ MAXPPP
Partagez sur :

Depuis 2004, cette journée travaillée, mais non rémunérée, a contribué à financer la dépendance.

Elle a pour objectif de financer la prise en charge des personnes âgées dépendantes. La Journée de solidarité a rapporté 2,33 milliards d'euros en 2011, selon les chiffres publiés vendredi la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA), qui gère ses recettes. Collectée par les employeurs publics et privés, cette somme est en hausse de 4,2% par rapport à 2010.

Au total, en 2011, 1,4 milliard d’euros ont été redistribués au bénéfice des personnes âgées et 933 millions au bénéfice des personnes handicapées. Les recettes "ont par exemple servi à financer des travaux de modernisation ou de reconstruction de maisons de retraite ou d'instituts spécialisés pour personnes handicapées", a noté la CNSA.

L’utilisation des fonds fait polémique

Créée en 2004 après la canicule de 2003, la journée de solidarité, initialement fixée au lundi de Pentecôte, est depuis quelques années elle est organisée "à la carte". Du coup, ce lundi 28 mai, certains salariés travaillent, d'autres non.

Depuis son instauration, la journée a rapporté plus de 15 milliards d'euros. Mais, comme chaque année, la polémique autour du principe de cette journée ou l'utilisation des fonds a refait surface. Ainsi pour l'AD-PA, l’association des directeurs au service des personnes âgées, près de 2,5 milliards d'euros, dont 500 millions d'euros en 2011, "n'ont pas été dépensés comme prévu". L'association a notamment dénoncé des "suppressions d'emplois" dans les établissements, comme à domicile.

2,3 millions de personnes dépendantes en 2050

Pour la prise en charge de ces personnes âgées dépendants, Pascal Champvert, le président de l’AD-PA, juge lundi dans Le Parisien que "cette seule journée de solidarité ne suffit pas". Selon lui, pour financer la dépendance en France, "augmenter les impôts est la seule solution".

D’autant que, dans une quarantaine d’années, le nombre de personnes âgées de plus de 75 ans en France devrait atteindre 11,9 millions, soit 16% de la population totale. Parmi elles, le nombre de personnes dépendantes devraient s’élever à  2,3 millions. La nécessité de trouver des financements se fera alors de plus en plus criante.