Coluche : le portrait de la discorde

  • A
  • A
Coluche : le portrait de la discorde
Les Restos du Cœur ne peuvent plus utiliser librement la célèbre photo de l’humoriste, à la suite d’un contentieux avec le photographe Gaston Bergeret.@ MaxPPP
Partagez sur :

Le photographe dénonce une exploitation abusive de la célèbre photo utilisée par les Restos du Coeur.

Un contentieux.  C’est l’histoire d’un imbroglio autour d’une photo qui n’aurait certainement pas fait rire Coluche. Depuis mardi, les Restos du Cœur ne peuvent plus utiliser librement la célèbre photo de l’humoriste, à la suite d’un contentieux avec le photographe, comme l’a révélé le site Numérama. Gaston Bergeret, le photographe en question, demande des droits d'auteur pour la photo qu’il a prise de Coluche en 1985, jugeant son utilisation abusive.

Le photographe dénonce des abus. La photo, en noir et blanc, montre Coluche les bras croisés et le sourire en coin. Elle est utilisée par les Restos du cœur depuis leur création par l’artiste, la même année, à la faveur d'un accord oral passé entre le photographe et Coluche. Problème, Gaston Bergeret estime "cette autorisation initiale a été très largement outrepassée", comme il l'explique dans un communiqué envoyé à Libération mercredi.

"Mon travail est utilisé sur des supports pour lesquels je n'ai jamais été consulté", s'indigne-t-il, en visant les tee-shirts, ticket-restaurant ou DVD ornés du fameux cliché. Le photographe n'a en outre pas digéré que, pour la dernière édition des Enfoirés, "son" portrait de Coluche soit maquillé d'une moustache. "Ma photographie est totalement défigurée, et de la manière la plus hideuse", déplore-t-il.

03.07_coluche-portrait_930x

Le droit pour Gaston Bergeret. Pour sa part, l’association se refuse à verser le moindre centime au photographe , en arguant de l'accord verbal conclu entre Coluche et le photographe. Le hic, c’est que sans contrat écrit, l’usage veut que l’auteur de la photo dispose de tous les droits sur son œuvre. Celui qui en est le sujet, en l’occurrence Coluche, n’en a théoriquement aucun, à partir du moment où il accepte d’être photographié.

La photo retirée. Une procédure judiciaire est actuellement en cours devant la justice civile. Mardi, les Restos du Coeur ont envoyé un courriel à leurs antennes locales pour demander aux responsables de retirer tous les clichés de l’humoriste et la photo incriminée a été retirée du site Internet de l’association. A sa place figurent désormais des portraits de bénévoles, accompagnés du message, écrit par Coluche : "On compte sur vous".

Une autorisation limitée. La photo de Coluche ne devrait toutefois pas disparaître complètement des Restos du Coeur. Car, Gaston Bergeret tient à le préciser : "Je continue à autoriser gratuitement ma photographie sans modification et créditée sur les lieux de distributions". Et de le photographe d'ajouter : "c'était mon engagement et je m'y tiens".