Colonna : pas de cassation requise

  • A
  • A
Colonna : pas de cassation requise
@ Reuters
Partagez sur :

Le procès de l’assassin du préfet Erignac était étudié mercredi par la Cour de cassation.

L'avocat général a recommandé mercredi à la Cour de cassation de rejeter le pourvoi formé par Yvan Colonna et de confirmer définitivement sa condamnation à la réclusion à perpétuité pour l'assassinat, le 6 février 1998, du préfet de Corse, Claude Erignac. A l'issue de ce réquisitoire, la chambre criminelle de la Cour a mis sa décision en délibéré au 30 juin.

Le 27 mars 2009, Yvan Colonna avait été condamné en appel par la cour d'assises spéciale à la réclusion criminelle à perpétuité avec une période de sûreté de 22 ans, la peine maximale, pour l'assassinat du préfet Erignac.

"Lacunes manifestes"

"Nous ne sommes pas ici pour juger Yvan Colonna. Nous sommes ici pour juger le procès d'Yvan Colonna, le procès et rien que le procès", avait plaidé en début d'après-midi l'avocat du condamné, Patrice Spinosi, pour qui le berger de Cargèse a été "mal jugé".

Ce procès "aurait dû être un modèle de rigueur", pour compenser "les lacunes manifestes d'un dossier trop souvent construit à charge". "On attendait de cette nouvelle instance encore plus de rigueur, mais elle n'est jamais venue", a-t-il déploré, avant de stigmatiser plusieurs vices de procédure.

Mais pour l'avocat général Christian Raysseguier, au contraire, il n'y a pas eu "de violation des droits de la défense". Yvan Colonna a "volontairement (...) bloqué le déroulement normal de la justice", en "choisissant sciemment de quitter son procès" et "en assumant, adulte, tout seul, de ne pas être représenté". A présent, a argué le représentant du ministère public, il ne peut donc venir contester devant la Cour des insuffisances de la justice.