Colonna : les hésitations de Michèle Alessandri

  • A
  • A
Colonna : les hésitations de Michèle Alessandri
Après avoir accusé Yvan Colonna, Michèle Alessandri a tenté d’expliquer lundi pour quelles raisons elle avait mis cinq ans avant de se rétracter.@ MAXPPP
Partagez sur :

La femme d'un membre du commando a expliqué pourquoi elle avait mis 5 ans avant de se rétracter.

L'épouse de Pierre Alessandri, condamné à perpétuité en 2003 comme coauteur de l'assassinat du préfet de Corse, a été tenue de s’expliquer lundi devant la cour d’assises spéciale de Paris. Elle a essayé une nouvelle fois de justifier pour quelles raisons elle avait mis cinq ans avant de revenir sur ses déclarations accablantes contre Yvan Colonna. Une rétractation intervenue en 2004 et que Michèle Alessandri a peiné à expliquer.

Un témoignage à charge

Au début de l’affaire, cette femme de 52 ans avait en effet dit aux enquêteurs avoir vu Yvan Colonna partir de Cargèse en voiture avec son mari vers 17h30 le 6 février 1998, quelques heures avant l’assassinat de Claude Erignac. Elle l'avait encore revu le lendemain matin à Ajaccio, lorsqu'elle était allée "vers 10h-10h30" chercher son époux au domicile d'Alain Ferrandi, considéré comme le chef du commando.

Selon ses dires de l’époque, Yvan Colonnaavait également participé à plusieurs réunions organisées par Pierre Alessandri dans sa propriété, dans les deux années ayant précédé l'assassinat du préfet de Corse.

En 2004, revirement de position

Avant de faire volte-face. Michèle Alessandri s’est rétractée en décembre 2004, convoquée chez un juge. Elle a alors expliqué avoir été "déstabilisée" par sa garde à vue, avoir eu peur d'être considérée comme "complice" et avoir subi des "pressions des policiers". "J'ai donné les noms de gens que je connaissais, pour pouvoir rentrer chez moi", a-t-elle alors expliqué.

Lundi, sa version a de nouveau évolué. "J'ai commencé à parler quand on m'a lu la déposition de Didier Maranelli", a-t-elle dit. Condamné en 2003 à 25 ans de réclusion, Didier Maranelli avait été le premier membre du commando à mettre en cause Yvan Colonna, durant ses gardes à vue. Il s'était rétracté plusieurs mois plus tard.

"J’ai attendu qu’on me convoque" :

La Cour et les parties civiles ont donc sommé Michèle Alessandri de s’expliquer sur le caractère tardif de ses propres rétractations. "Il fallait que je gagne ma vie pour assurer l'éducation de mes enfants. Je n'avais pas les moyens de perdre du temps", a-t-elle répété, sans autre explication. "J’ai attendu qu’on me convoque", a-t-elle ajouté au micro d’Europe1.

Une autre rétractation

Vendredi, la compagne d'un autre complice présumé d'Yvan Colonna avait été incapable de dire pourquoi elle aussi avait attendu 2004 avant de revenir sur ses déclarations, qui impliquaient Colonna dans l'attaque en septembre 1997 de la gendarmerie de Pietrosella, où l'arme du crime avait été dérobée.