Collision dans l'Aube : les tests d'alcoolémie négatifs

  • A
  • A
Collision dans l'Aube : les tests d'alcoolémie négatifs
@ MAXPPP
Partagez sur :

Ni le conducteur décédé du minibus, ni celui du poids lourd, n'étaient sous l'empire de l'alcool au moment du drame.

INFO. Au lendemain du drame vient le temps du deuil mais aussi celui de l'enquête. Cinq enfants et leur jeune animateur sont mort mardi à Courteranges, près de Troyes, dans l'Aube, dans l'accident entre leur minibus et un poids lourd sur une route départementale. Mercredi le procureur de Troyes Alex Perrin s'est exprimé sur le déroulé des investigations à venir tout en donnant de premiers éléments. Le principal enseignement mercredi tient dans le fait que l'alcool n'est pas un des facteurs ayant entrainé l'accident.

>> A LIRE AUSSI - Accident de la route dans l’Aube : que s’est-il passé ?

"Il n'y a pas d'alcool dans cette affaire". Selon le magistrat, les test d'alcoolémie pratiqués sur les conducteur décédé du minibus et celui du poids lourd se sont révélés négatifs. Ce dernier, salarié de la société de transports spinalienne MGE, est "très choqué" et devrait être entendu "dans les 48 heures". "Il n'y a pas d'alcool dans cette affaire", a assuré le procureur. 

>> A LIRE AUSSI - Collision dans l'Aube : "c'est notre petite fille, on l'aimait"

Une autopsie du conducteur du minibus mercredi. Une information judiciaire pour homicides et blessures involontaires va être ouverte "en fin de semaine", a annoncé à l'AFP le procureur de Troyes. L'expertise du minibus devrait "prendre quelques jours", a ajouté le magistrat. Une autopsie du conducteur du minibus, un animateur de la ville âgé de 25 ans, devait être pratiquée mercredi à la mi-journée à l'Institut médico-légal de Reims, selon le procureur de Troyes, Alex Perrin.

>> A LIRE AUSSI - Collision dans l'Aube : les corps ont quitté le funérarium

La vitesse du poids lourd était normale. "L'enquête débute mais dès lors, on sait grâce au régulateur que la vitesse du poids-lourd était normale, pour celle du minibus les enquêteurs travaillent encore à la déterminer", a ajouté le procureur de Troyes.