"Coeur de vache" plus fort que "Coeur de lion"

  • A
  • A
"Coeur de vache" plus fort que "Coeur de lion"
Les fromages des époux Serres sont fabriqués avec du lait sans OGM et des ferments naturels@ MaxPPP
Partagez sur :

Un fromager a gagné le droit de conserver "Coeur de vache", un nom contesté par RichesMonts.

C’est la victoire du petit fromager contre le gros. La cour d'appel d'Aix-en-Provence a donné raison mercredi à un affineur de Lozère qui avait baptisé ses fromages "Coeur de vache", un nom contesté par la Compagnie des Fromages et RichesMonts, producteur des célèbres "Coeur de lion".

"Contre toute attente, on a gagné. C'est énorme !", a réagi Jean-Claude Serres, installé avec sa femme Ghislaine sur le Causse Méjean, où sont affinés les fromages. "Une fabrication artisanale", avec du lait sans OGM et des ferments naturels.

Une décision d’autant plus surprenante pour Jean-Claude Serres qu’en première instance, en décembre, l'Institut national de la propriété industrielle avait tranché au profit de la Compagnie des Fromages et RichesMonts. La demande d'enregistrement de "Coeur de vache", déposée en mars 2010 par la SARL Nature et Consommation, avait ainsi été rejetée.

Les Serres accusés "d'imitation"

Raison invoquée ? Le "risque de confusion dans l'esprit du public" entre les deux noms, "Coeur de vache" constituant, selon l'INPI, une "imitation" de la marque antérieure "Coeur de lion".

La puissante Compagnie des Fromages et RichesMonts, deuxième sur le marché du camembert selon son site, avait proposé une "solution à l'amiable" aux époux Serres, à condition qu'ils n'utilisent plus leur marque. En vain.

Ghislaine Serres, la gérante de Nature et Consommation, réfute désormais tout risque de confusion chez le consommateur. Impossible selon elle de se méprendre sur la silhouette des lions des étiquettes des fromages de RichesMonts, avec la tête de vache figurant sur ses propres produits.