Closer : Julie Gayet attend la réponse de la justice

  • A
  • A
Closer : Julie Gayet attend la réponse de la justice
@ MAXPPP
Partagez sur :

L'actrice avait porté plainte contre le magazine people pour des photos volées après la révélation de sa liaison avec François Hollande.

Le procès. Julie Gayet, propulsée à la Une de la presse mondiale après la révélation par Closer de sa liaison avec François Hollande, saura ce jeudi si la justice lui donne raison face au magazine people. Après avoir assigné Closer au civil, l'actrice a déposé une plainte contre X au pénal pour "atteinte à l'intimité de la vie privée", après la publication par l'hebdomadaire d'une deuxième série de photos la montrant au volant de sa voiture. L'actrice et productrice de cinéma réclame 50.000 euros de dommages et intérêts ainsi que 4.000 euros pour les frais de procédure. Elle demande aussi une publication judiciaire sur la moitié de la couverture de l'hebdomadaire, propriété de Mondadori France, et dans d'autres journaux de son choix.

"Un avant et un après Closer". Closer avait déclenché un séisme politico-médiatique en publiant le 10 janvier des photos volées du chef de l'État et de Julie Gayet, photographiés séparément devant un immeuble parisien, rue du Cirque, à une centaine de mètres de l'Élysée. Selon Me Ennochi, l'avocat de Julie Gayet, "il y a eu un avant et un après Closer". Après la parution des clichés, "elle a été assaillie par une nuée de photographes (...), on avait l'impression d'une chasse à courre et d'un gibier", a-t-il relevé. Closer a riposté en invoquant le droit à l'information. L'article pose clairement la question de "la sécurité du président", d'un "devoir de transparence" vis-à-vis des Français", a plaidé Me Delphine Pando, avocate du journal.

Une autre plainte. Le parquet de Nanterre, juridiction compétente car le siège de Closer se trouve à Montrouge dans les Hauts-de-Seine, a ouvert fin janvier, une enquête préliminaire, confiée à la brigade de répression de la délinquance aux personnes (BRDP). Le paparazzi Sébastien Valiela, auteur des clichés, a été entendu mi-février dans le cadre de cette procédure. Julie Gayet, mère de deux enfants, a également déposé une plainte à Paris pour "mise en danger de la vie d'autrui", s'estimant harcelée par les paparazzi.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

VIDÉO - Julie Gayet : "ma vie privée est ma vie privée"

L'INFO - François Hollande annonce sa rupture avec Valérie Trierweiler

POINT DE DÉPART -Hollande-Gayet, la Une choc de Closer