"Climat mafieux" à Hénin-Beaumont

  • A
  • A
"Climat mafieux" à Hénin-Beaumont
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le parquet a requis le renvoi en correctionnelle de l'ancien maire, Gérard Dalongeville.

C'est une affaire de fausses factures, de détournement de fonds publics et de favoritisme qui ébranle la mairie d'Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais. Le parquet de Béthune a requis début octobre le renvoi en correctionnelle de l'ancien maire de la ville, Gérard Dalongeville, a-t-on appris dimanche. Le réquisitoire concerne également vingt autres personnes.

Le parquet a ainsi "[mis] à nu le fonctionnement délirant d'une mairie dans laquelle les fausses factures, les commissions et surfacturations se ramassent à la pelle", écrit Le Figaro, qui a pu consulter le réquisitoire. Un système qui faisait régner "un climat mafieux", selon le document.

Jusqu'à 4 millions d'euros de fausses factures

L'accusation porte sur des contrats passés entre la mairie et plusieurs sociétés, entre 2006 et 2008. D'après les enquêteurs, les prestations facturées n'auraient pas été effectuées. Le montant de ces factures pourrait atteindre jusqu'à quatre millions d'euros, selon le parquet. Gérard Dalongeville est ainsi accusé d'avoir financé le Journal du pays, un magazine gratuit dont le maire était le rédacteur en chef officieux, via des publicités payées par les sociétés de la région.

Le réquisitoire explique également le "saucissonnage" des marchés publics passés par la mairie. Les commandes étaient ainsi subdivisées pour ne pas dépasser le montant qui aurait obligé la mairie à se conformer au Code des marchés publics. Les factures étaient aussi souvent antidatées, relève le parquet.

L'ex-maire accuse son adjoint

Parmi les personnes mises en cause dans l'affaire figure Claude Chopin, le premier adjoint au maire d'Hénin-Beaumont chargé des finances de 2001 à 2008, et donc responsable de la signature d'une grande partie des factures incriminées. C'est notamment sur lui que se défausse Gérard Dalongeville, assurant ne pas avoir été au courant de la majeure partie des faits.

L'ancien maire accuse aussi son adjoint d'avoir blanchi de l'argent pour le compte du Parti socialiste. En février, il avait publié un livre, Rose Mafia, dénonçant des malversations dans la fédération du Pas-de-Calais.