Cité du cinéma : un détournement de fonds publics ?

  • A
  • A
Cité du cinéma : un détournement de fonds publics ?
@ MAXPPP
Partagez sur :

C'est ce que soupçonne la Cour des comptes dans une "note confidentielle" transmise "à la justice".

La Cour des comptes critique, dans une "note confidentielle" transmise "à la justice", le financement de la Cité du cinéma créée à Saint-Denis par le réalisateur et producteur Luc Besson, évoquant des soupçons de "détournement de fonds publics", rapporte samedi Le Parisien. Interrogée, la Cour des comptes n'a pas commenté ces informations.

Selon le quotidien, les juges financiers affirment, dans cette "note d'alerte", que "le financement public de la Cité du cinéma, décidé par quelques hauts responsables publics (...) a été effectué pour permettre l'aboutissement du projet qu'une société privée portait pour son bénéfice, le caractère général du projet restant à démontrer". La société EuropaCorp de Luc Besson, à l'origine du projet inauguré en 2012, est visée. Elle n'avait pas réagi samedi en début d'après-midi.

Dans cette note citée par Le Parisien, la Cour des comptes insiste sur le "souhait de la présidence de la République", pendant le quinquennat de Nicolas Sarkozy, de voir le projet "aboutir". "La proximité de M. Besson et de certains de ses collaborateurs avec les plus hautes autorités de l'Etat a pu favoriser une intervention concertée des acteurs publics", ajoute-t-elle, soulignant que le directeur général d'EuropaCorp Christophe Lambert avait "travaillé auprès de Nicolas Sarkozy pendant la campagne de 2007".

"Les conditions de montage et de financement de l'opération (...) sont susceptibles de caractériser le délit de détournement de fonds publics et de recel de ce délit", affirment les auteurs de cette note, selon le quotidien.

Le Parisien écrit que ce rapport de la Cour des comptes a été transmis "à la justice" et se trouve sur le bureau de la garde des Sceaux Christiane Taubira. Le ministère de la Justice, interrogé, n'a pas souhaité faire de commentaire. Aucune confirmation de l'existence de ce signalement n'avait non plus pu être obtenue samedi auprès des parquets de Bobigny (le siège social d'EuropaCorp se trouvant en Seine-Saint-Denis) et de Paris, compétent en matière de délits financiers.