Cinq plages interdites à la baignade

  • A
  • A
Cinq plages interdites à la baignade
@ Max PPP
Partagez sur :

De l'eau polluée provenant d'une station d'épuration de Caen s'est écoulée dans la mer.

Pas de baignade pour les Normands. Alors que le beau temps revient, les personnes habitant près de Caen ne peuvent pas profiter de la mer. Cinq plages situées entre Merville-Franceville et Lion-sur-Mer sont interdites à la baignade et à la pêche depuis dimanche. 6.000 m3 d'eau usées non traitées de la station d'épuration de Caen se sont déversées dans l'Orne avant de terminer dans la mer, rapporte Ouest France.

Un problème technique à l'origine de l'incident

"Un problème électrique a empêché le fonctionnement des pompes de relevage des eaux usées. Un système mécanique les a dirigées directement vers le fleuve", explique Jean-Loup Merlot, directeur général adjoint de Caen-la-Mer, la communauté de communes de l’agglomération, propriétaire de la station, indique encore le journal. Résultat : une fuite d'eaux usées de 6 heures du matin à 17 heures samedi. Ce n'est en effet que dans l'après-midi que Veolia, le concessionnaire, a pu remettre les pompes en marche.

Entre-temps, l'eau contenant des pollutions organiques et bactériologiques a parcouru 10 km pour arriver dans la mer. Par chance, la marée montante a permis de bloquer l'eau polluée. La préfecture a donc décidé d'interdire la baignade aux plages de Merville-Franceville, Ouistreham, Colleville-Montgomery, Hermanville-sur-Mer et Lion-sur-Mer. La pêche de coquillages, comme les moules ou les coques est formellement interdite.

Des analyses réalisées

Sauf que, selon des promeneur, les interdictions de baignades sont très mal signalées. La mairie explique avoir été prévenue tard samedi soir de l'incident. "J’ai été prévenu tard samedi. On a affiché l’arrêté préfectoral sur le poste de secours dès le matin. Si l’incident avait été jugé grave, on aurait mis des personnes pour éviter l’accès à la plage", commente Jacques Lelandais, le maire d’Hermanville-sur-Mer, interrogé par Ouest France.

Pour évaluer l'échelle de pollution, des prélèvements d'eau de mer ont été réalisés. « Des analyses ont été effectuées par Veolia sous le contrôle de l’Agence régionale de santé. Mardi, nous aurons une réunion technique. Entre-temps, les mesures de surveillance de la station ont été renforcées », précise Jean-Loup Merlot.

Les résultats des analyses, qui doivent être rendus lundi, devront déterminer la durée de l'interdiction à la baignade.