Chevaline : le cycliste visé en premier ?

  • A
  • A
Chevaline : le cycliste visé en premier ?
Partagez sur :

Les conclusions balistiques donneraient des indications sur les circonstances des meurtres.

Le cycliste français Sylvain Mollier, l'une des victimes du quadruple meurtre de Chevaline, aurait été touché en premier par les tirs qui ont ensuite visé Saad al-Hilli et sa famille, selon les conclusions balistiques de la gendarmerie citées samedi par leparisien.fr.

Une information nuancée par le chef des enquêteurs de la tuerie, samedi. "Rien ne permet de donner l'ordre d'exécution des quatre victimes", qui "n'a pas été déterminé", a assuré le lieutenant-colonel Benoît Vinnemann. 

Le cycliste aurait été touché par une première salve de tirs et le tueur, qui a agi seul selon les enquêteurs, a ensuite pris pour cible Saad al-Hilli qui se trouvait à l'extérieur de la voiture avec sa fille aînée. "L'examen des semelles des victimes a, en effet, permis de confirmer que Saad (al-Hilli) se trouvait bien dehors".

Une information confirmée par Eric Maillaud, le procureur. Saad al-Hilli et sa fille aînée sont bien sortis de la voiture. "Pour quoi faire on en sait rien", a-t-il ajouté.

>> Lire aussi : "Ça ressemblait aux Experts"

Vaine fuite des al-Hilli

Toujours selon l'expertise, l'ingénieur britannique aurait ensuite regagné son véhicule pour tenter de fuir mais, en reculant, la voiture "a buté contre un talus et l'essieu arrière du break s'est embourbé".

Le tueur a abattu le père de famille qui se trouvait au volant, son épouse et sa belle-mère, assises à l'arrière, est-il précisé. Mais "les gendarmes ne savent pas dans quel ordre la famille a été exécutée".

Le corps du cycliste déplacé

"L'assassin serait ensuite retourné achever le cycliste en train d'agoniser car les angles de tir sont différents selon les salves" et le corps de Sylvain Mollier a "sans doute été déplacé sur la scène de crime car il a été retrouvé allongé les bras le long du corps juste à côté de la voiture de la famille britannique", précise le site internet du Parisien.

Le tireur s'est montré très mobile avec un "comportement désordonné, allant d'une victime à l'autre et revenant sur l'une ou l'autre tour à tour pour les achever", une attitude "non cohérente avec le profil d'un tueur professionnel", selon les enquêteurs.