Charlotte Cassez n'a "pas de rancune"

  • A
  • A
Charlotte Cassez n'a "pas de rancune"
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - La mère de Florence Cassez pense, à présent, à préparer le retour de sa fille en France.

"Le soulagement". C'est le mot qui ressort des propos de Charlotte Cassez, la mère de la Française libérée mercredi après avoir passé près de sept ans en prison au Mexique. Au moment du délibéré de la Cour suprême du Mexique, Charlotte Cassez s'est pourtant dite "extrêmement tendue".

>> A lire - Revivez l'audience "historique"

"Je sentais qu'on tendait vers un nouveau procès. Et quand le nouveau juge a demandé la libération immédiate, je me suis dit : c'est gagné !", raconte la mère de Florence Cassez. L'annonce de la libération dans les plus brefs délais de sa fille a été un "moment extraordinaire", une "véritable explosion de joie" pour Charlotte Cassez.

23.01_charlotte cassez_930x620

© Reuters

Cette dernière a ensuite pu s'entretenir avec sa fille mais a préféré ne pas lui poser de question. "Je ne lui ai rien demandé, je savais qu'elle était là. Je lui ai dit : 'ton père est là, c'est super, je vais venir te chercher à l'aéroport, qu'est ce que je suis contente'", commente-t-elle au micro d'Europe 1.

>> A lire - Florence Cassez libérée : "c'est fabuleux"

• Penser à l'après. Selon elle, sa fille est restée presque mutique lors de leur entretien téléphonique. Un silence qu'elle explique par le choc suscité par l'annonce de sa libération.  "Elle a très peu parlé, j'ai senti qu'elle était très choquée, même si cette annonce est positive. Elle, dans la prison, elle n'a pas du y croire. Il devait y avoir quelque part un blocage, la prise de conscience est lente, ce n'est pas automatique", estime Charlotte Cassez.

Écoutez Charlotte Cassez :

Cette dernière juge donc nécessaire à présent de préparer le retour de Florence Cassez à la vie normale. Il faut qu'on l'entoure, qu'on l'écoute, qu'on participe à ce qu'elle envie de faire. Je pense qu'elle aura quelques difficultés à se réadapter à une vie normale", suppose la mère de famille. En attendant, toute la famille doit se retrouver pour l'occasion. "On a vraiment envie de se retrouver entre nous, se retrouver en famille. La famille est très unie, on est tous très solidaire de Florence", assure-t-elle.

"Pas de rancune". L'heure est donc à la reconstruction et Charlotte Cassez est bien décidée à tourner la page mexicaine. "Pour moi, avec la justice mexicaine, il n'y a plus rien. Florence ne sera plus interrogée. Florence n'est plus concernée. Elle est libérée, elle est sortie du pays. C'est tout, elle a terminé, elle peut tourner la page", assure Charlotte Cassez.

>> A lire - Comment la justice a basculé

"Il a été prouvé que les accusations étaient fausses et mensongères. Elle a été accusée sans preuve. Elle a fait sept ans de prison pour rien. Elle a été accusée avant de pouvoir se défendre", poursuit-elle. Charlotte Cassez assure, pour autant, ne pas entretenir de rancune envers la justice mexicaine.

"Je n'ai pas de rancune, je n'ai pas colère, je n'ai pas de haine. Pardonner, je ne sais pas. Ce n'est pas la justice mexicaine. Florence a eu affaire à quelques bandits, y compris au plus haut sommet de l'État. Comme il peut en avoir partout, elle est très mal tombée", analyse Charlotte Cassez impatiente de retrouver sa fille.