Ces nouvelles drogues qui défraient la chronique
© MAXPPP

Krokodile, Mephédrone, Sisa, Oxidado : zoom sur les dernières substances repérées.

L’affaire du "cannibale" de Miami, soupçonné d’avoir consommé de la Méphédrone, a mis en lumière les drogues de synthèse, ces nouveaux psychotropes qui se multiplient avec les progrès de la chimie et l’inventivité des trafiquants. D'autres drogues de synthèse ont également défrayé la chronique au cours des derniers mois.

LA MÉPHÉDRONE

Nom d’usage : Miaow miaow, M-cat ou 4-MMC.

Caractéristiques : dérivée des cathinones, cette drogue est conditionnée sous forme de comprimé ou de poudre. C’est souvent la molécule qu’on retrouve dans les sulfureux sels de bain vendus sur Internet.

A savoir : "Apparus depuis environ deux ans sur le marché, ces sels de bain auraient été à l’origine de 3.470 cas d’intoxication signalés aux autorités américaines entre janvier et juin 2011. Dix fois plus que pour toute l’année 2010", rappelle, sur le très documenté blog Drogues News, Arnaud Aubron, journaliste aux Inrocks et auteur de Drogues Store.

LA DESOMORPHINE, alias KROKODILE

Nom d’usage : krokodile.

Caractéristiques : dérivé de l’héroïne apparu en 2002, il est synthétisé à partir de la codeïne, un dérivé de morphine en vente libre en Russie. "Pour la fabriquer, les drogués russes achètent des pastilles de codéine, qui sont en vente libre, les chauffent avec entre autre de l'essence, de l'iode et du phosphore récupéré sur des têtes d'allumettes", précise Le Figaro.

A savoir : les consommateurs de cette drogue voient leur peau se nécroser et devenir verdâtre. "On a eu très peur que cette drogue arrive sur le marché français mais nous ne l’avons pas encore repérée. Nous n’avons eu que des suspicions", précise pour Europe1.fr Nathalie Richard, chef du département Stupéfiants et Psychotropes au sien de l’ANSM.

LE SISA

Nom d’usage : qualifiée par la presse grecque de "drogue de la crise".

Caractéristiques : mélange de détergents et de liquide de batterie apparu en 2010 en Grèce avec la crise. Se présente sous la forme de cailloux blanc se fumant à la pipe.

A savoir : Cette drogue n’est pas encore détectable et reste pour l’instant cantonnée en Grèce, où elle est consommée par des toxicomanes poly-usagers. L’Observatoire national des drogues estime que trois mois de prise de ce mélange détonant équivaudraient à dix-huit mois de consommation intensive d’héroïne par intraveineuse.

L'OXIDADO

Nom d’usage : signifie ‘rouillé’ ou 'oxydé' en Portugais.

Caractéristiques : Cette drogue a été inventée dans la région amazonienne du Brésil. Il s’agit d’un dérivé de la cocaïne base (la pate qui sert à fabriquer la cocaïne, ndlr), mélangé à de la chaux et du kérosène. Le produit, deux fois plus dosé que le crack, se présente sous la forme de  caillou jaunâtre à fumer.

A savoir : L’usage de cette drogue reste cantonné aux pays lusophones et demeure très rare en France, où le crack reste, de manière générale, une drogue peu prisée en comparaison de la cocaïne et de l’héroïne.

>> A LIRE AUSSI : Drogues de synthèse, l’avant-garde narcotique