Ces hommes qui ont recours aux prostituées

  • A
  • A
Ces hommes qui ont recours aux prostituées
Les clients des prostituées restent des inconnus et peu d'études existent sur eux. Photo d'illustration.@ MAX PPP
Partagez sur :

ZOOM - Différentes études permettent de dresser un profil-type des hommes qui ont des relations sexuelles tarifées.

L’INFO. Les abolitionnistes les considèrent comme "responsables" de la prostitution. Les clients des prostituées, jusque-là oubliés par la législation française, sont clairement ciblés par une proposition de loi que l’Assemblée s'apprête à examiner et qui veut les sanctionner. Mais ces clients, "à 99%" des hommes selon la députée Maud Olivier, rapporteure de la proposition de loi, restent des inconnus et peu d'études existent sur eux. Les rares enquêtes réalisées sur la question permettent simplement d'esquisser quelques lignes générales.

Des hommes jeunes, mais pas seulement. Dans leur "Enquête sur la sexualité en France", publié en 2008, les sociologues Michel Bozon et Nathalie Bajos constataient que le recours à la prostitution n'était "pas en voie de recul chez les hommes".  Ainsi, en 2006, 3,1% des hommes interrogés disaient y avoir eu recours dans les cinq ans passés. Ce sont les hommes de 20 à 34 ans qui représentaient la plus forte clientèle, environ 5% ayant eu une relation sexuelle tarifée au cours des cinq dernières années. Au total, 18,1% des hommes interrogés affirmaient avoir eu recours à une prostituée au moins une fois dans leur vie. Selon cette étude, après 50 ans, plus d'un homme sur quatre a eu au moins un rapport sexuel payant dans sa vie. "Vu l'importance de la proportion d'hommes jeunes qui recourent à la prostitution, il n'est pas certain que ce chiffre soit amené à baisser rapidement", estimaient les sociologues.

29.11Prostitution-e1default930620

Plutôt des citadins. Dans leur étude, Michel Bozon et Nathalie Bajos observaient également de fortes variations "géographiques" : seuls 4% des 20-34 ans demeurant dans des communes de moins de 5.000 habitants avaient eu recours à une prostituée dans les cinq ans, contre 11,6% des hommes du même âge demeurant dans l'agglomération parisienne. Dans un article de 2012, les mêmes sociologues précisaient par ailleurs que dans le recours des hommes à la prostitution, "l'achat de services sexuels correspond à un profil social particulier" : ce sont les artisans et commerçants qui se déclarent les principaux utilisateurs. 23% d’entre eux ont eu recours à la prostitution.

Des cadres, des employés supérieurs, des chefs d’entreprise... Enfin, dans une autre étude de 2004 réalisée pour le Mouvement du Nid, une association d'aide aux prostituées, le sociologue Saïd Bouamama avait constaté de son côté que toutes les professions étaient représentées parmi les clients, avec une surreprésentation des cadres, employés supérieurs, chefs d'entreprises et commerçants. Dans cette étude, 60% des clients avaient plus de 30 ans, un tiers étaient mariés ou en couple, un tiers divorcés, un tiers n'avaient jamais vécu en couple. Et plus de la moitié étaient pères.

>> Dans son Vrai-Faux, mercredi matin, Laurent Guimier s'est interrogé sur le modèle suédois en matière de prostitution :



Prostitution : La Suède en exemple ?par Europe1fr

Des "acheteurs de marchandise". Saïd Bouamama avait finalement répertorié cinq profils pour définir les clients : les "isolés affectifs et sexuels", les "compulsifs de la sexualité", qui estiment que l'homme a des besoins différents de la femme et justifient ainsi la prostitution, les "décalés de l'égalité", souvent plus âgés, qui sont "perturbés par le comportement sexuel libéré des femmes", et les "allergiques à l'engagement", trouvant les relations amoureuses trop difficiles et les femmes trop exigeantes. Mais pour ce spécialiste, la grande majorité se retrouve dans un cinquième profil : "les acheteurs de marchandises", qui parlent de l'acte sexuel comme d'un achat au supermarché, ce qui leur donne le sentiment de ne pas tromper leur femme.


sur le même sujet

PÉTITION - Des stars opposées au projet de loi

DEBAT - "343 salauds" et une polémique

INTERVIEW - Le manifeste des 343 salauds "défend la liberté"