Ces gendarmes font parler les mouches

  • A
  • A
Ces gendarmes font parler les mouches
@ IRCGN/GENDARMERIE NATIONALE
Partagez sur :

ENQUÊTE - Le département entomologie de l’IRCGN aide les enquêteurs lorsque la mort remonte à plusieurs semaines.

Un crime (presque) sans témoin. A l'aube, en pleine campagne, un coup de feu claque. La victime s'écroule, l'assassin prend la fuite. Le corps ne sera retrouvé que plusieurs jours plus tard par des promeneurs. Pour les gendarmes, les investigations s'annoncent difficiles car il n'y a aucun témoin de ce crime. Pourtant sur place, les enquêteurs vont pouvoir compter sur des centaines d'indics, donc certains sont arrivés quelques minutes seulement après la mort de la victime.Alors que l'assassin était peut-être encore sur les lieux, des mouches nécrophages ont en effet commencé à pondre des larves sur le corps. Grâce à elles, des experts scientifiques de la gendarmerie vont pouvoir estimer le moment de la mort. Faire parler les bestioles, c’est le travail des entomologistes de l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN).

Les "escouades" de la mort. En 1894, le vétérinaire et entomologiste français Jean-Pierre Mégnin a établi une classification des insectes nécrophages. Il décrit alors huit "escouades", c'est-à-dire huit vagues d'arrivée de ces insectes, essentiellement des mouches et des coléoptères. La première escouade - des mouches communes - arrive juste après la mort, la deuxième suit dès que le corps commence à dégager des odeurs cadavériques, la troisième se presse lorsque les graisses du corps fermentent, puis la quatrième au moment de la fermentation de la caséine, la cinquième intervient quand de l'ammoniac se dégage, la sixième arrive à un stade de décomposition avancée et les deux dernières lorsqu'il ne reste pratiquement plus rien sur le squelette.

larves IRCGN GENDARMERIE NATIONALE 930620

© IRCGN/GENDARMERIE NATIONALE



Pas de conclusion hâtive. Mais attention, prévient le lieutenant Sylvain Aimar, adjoint au chef du département "Faune et Flore Forensiques" (FFF), dont dépend l'unité d'expertise entomologie, "plusieurs escouades peuvent arriver en même temps ou alors certaines escouades peuvent ne pas être présentes du tout car le corps n'est pas accessible". Les gendarmes se gardent donc de tirer des conclusions à la hâte.

Des scellés particuliers. Retour sur les lieux du crime. Des techniciens y collectent d'abord les différentes larves et éventuellement les insectes adultes qui ont colonisé le corps. Ces scellés judiciaires sont ensuite apportés au plus vite à l'IRCGN à Rosny-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis. Un trajet de quelques heures à deux ou trois jours, pour ces prélèvements qui arrivent de plus loin, parfois des Dom-Tom. Au Fort de Rosny, en banlieue parisienne, les sept scientifiques - six gendarmes et un ingénieur civil - du département FFF se mettent alors au travail. Et exception notable : ils commencent par "briser" les scellés d'enquête.

Quelques jours au chaud. Puis, dans une sorte de beurrier, ils disposent une couche de sable puis un morceau de viande de boeuf. C'est de cette chair que se nourriront les larves recueillies sur le corps. Ensuite direction une armoire chauffée à température constante de 24°. Et là commence l'attente : une à deux fois par jour, les gendarmes vont vérifier si les larves sont arrivées à maturité. Pas question de rater cette étape cruciale car c'est de la captation de ce moment précis que découleront tous leurs calculs.

Un tour sous le microscope. Une fois "l'imago" - la mouche adulte - sortie de sa "pupe" - son cocon -, elle est immédiatement endormie puis tuée pour pouvoir "parler". Sous un microscope de précision, l'entomologiste examine ses ailes, ses pattes, ses yeux, pour déterminer à quel espèce elle appartient. Ainsi, il pourra calculer combien de temps il lui a fallu pour arriver à maturité et donc quand l'oeuf a été pondu sur le cadavre.

beurrier  IRCGN GENDARMERIE NATIONALE 930620

© IRCGN/GENDARMERIE NATIONALE


Un tas de paramètres à prendre en compte.  Mais l'évaluation n'est pas si simple : "il faut prendre en compte de nombreux paramètres, comme le lieu où a été trouvé le cadavre, à l'extérieur ou en intérieur, s'il était à l'air libre ou dans une bâche par exemple. Les conditions climatiques sont aussi cruciales : s'il a plu, le corps a pu être lessivé et les larves emportées, s'il a fait plus ou moins chaud, la décomposition du cadavre avance plus ou moins vite", détaille le lieutenant Aimar.

Ne pas se fier aux apparences. Ainsi, dans une affaire récente, les gendarmes découvrent un tronc et un crâne à 100 kilomètres de distance. Les analyses montrent qu'ils appartiennent à la même personne. Le crâne se trouve en état de décomposition avancée, tandis que le tronc est en meilleur état. Pour le médecin légiste, la mort remonte à plusieurs semaines auparavant. Mais l'analyse entomologique permettra d'affirmer que la victime a été tuée et découpée une semaine avant seulement.

Un mois d'écart. Dans un autre dossier, le corps d'une femme est découvert, dans une bâche, en moyenne montagne, le 5 décembre. La victime a reçu un coup de couteau sous l'épaule. Vu l'état de conservation du corps, le médecin légiste estime que la mort remonte à 7 ou 10 jours. Sur le cadavre, les gendarmes eux ne relèvent que peu de larves de la première "escouade". Les résultats de leurs expertises font remonter la mort au 5 ou 6 novembre. L’enquête montrera que la victime a été tuée dans la nuit du 3 au 4 novembre.

Un succès croissant. Depuis 1992, date de sa création, le département entomologie de l'IRCGN a traité plus de 1.400 affaires. Et le nombre de dossiers ne cesse de croître : entre 2012 et 2013, ils ont bondi de 33%. L'expertise des gendarmes français est aussi l'une des plus réputées : près d'un dossier sur deux d'analyse entomologique réalisé en Europe est traité à l'IRCGN.

Sollicités quels que soient les insectes. Mais les gendarmes français ne se limitent pas à calculer des "délais post-mortem minimum". Si ces affaires représentent 90% des cas, "dès qu'un insecte intervient dans une enquête, nous pouvons être saisis", assure le lieutenant Aimar. Ainsi, les scientifiques de Rosny ont pu aiguiller leurs collègues qui enquêtaient sur une lettre de menaces envoyée à une personnalité. Sur le courrier, des insectes avaient été écrasés. Le timbre, oblitéré dans le nord, avait orienté les enquêteurs vers cette région. Mais l'analyse des insectes a montré qu'il s'agissait d'une espèce endémique au sud de la France. Changement de cap. Affaire bouclée.

Excellents retours. Au tableau de service ce jour-là, trois analyses entomologiques sont en cours. Il faudra environ 25 jours aux gendarmes de Rosny pour rendre leur rapport. Et dans deux ans, lorsqu'ils feront leur campagne de "retour d'enquête" auprès de leurs collègues sur le terrain pour savoir si leurs calculs étaient bons, ils obtiendront sûrement comme dans la plupart des affaires un excellent résultat.