Ces Français victimes de fraude bancaire

  • A
  • A
Ces Français victimes de fraude bancaire
Partagez sur :

2% des ménages se disent victimes de débits frauduleux. Internet n'y est pas étranger.

L’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales a publié lundi les premiers éléments d’une enquête “Cadre de vie et sécurité“ sur les débits frauduleux déclarés par les ménages sur leurs comptes bancaires. Selon l’étude, 2% des foyers français sont victimes de ce type d’escroquerie.

Une fraude liée à Internet

50% des victimes disent que la dernière escroquerie bancaire résulte d’un achat non sécurisé sur Internet. Sachant que 70% de ces victimes se rendent compte de ces abus en consultant leurs relevés bancaires. En revanche, 60% ignorent totalement comment les auteurs de la fraude ont pu avoir accès à leurs coordonnées bancaires.   

Ces débits portent, dans un cas sur trois, sur des montants inférieurs à 100 euros. Mais dans 15% des cas, les sommes prélevées sont supérieures à 1.000 euros. Compte tenu de ces chiffres, le débit moyen est de 750 euros.  

Face à cette escroquerie, l’étude note que le taux de plainte est corrélé au montant du préjudice subi. Ainsi, un ménage sur deux dit avoir déposé plainte, tandis que seuls quatre foyers sur cinq sont remboursés par leur banque "de l'intégralité du préjudice".

Les conseils à suivre

Ayant publié une étude sur la fraude à la carte bancaire sur Internet le 16 février, l’UFC Que choisir donne quelques conseils aux consommateurs afin d’éviter ce type d’abus.

Tout d’abord, il est recommandé de consulter régulièrement ses relevés de comptes bancaires afin de détecter tout débit susceptible d’être frauduleux. Ensuite, l’association conseille de ne jamais répondre à un mail demandant d’envoyer son numéro de carte bancaire. De plus, il est déconseillé d’utiliser un ordinateur public pour effectuer un achat sur Internet. Enfin, il est préférable d’utiliser une carte bleue à usage unique pour des achats en ligne occasionnels.

Pour retrouver l’intégralité des conseils de l’institut, consultez leur étude sur leur site Internet.