Ces diplômes qui mènent à l'emploi

  • A
  • A
Ces diplômes qui mènent à l'emploi
Une grande enquête, publiée jeudi par le Nouvel Observateur, en partenariat avec Europe1, donne le classement des diplômes qui mènent vers un travail.@ MAXPPP
Partagez sur :

Le Nouvel Obs, partenaire d'Europe1, liste les filières qui évitent le chômage… et les autres.

L'enquête. Quel diplôme donne-t-il le plus de travail ? Tout étudiant ou pré-étudiant, même le plus rêveur, s'est déjà posé la question au moins une fois. Une grande enquête, publiée jeudi par le Nouvel Observateur, en partenariat avec Europe1, donne des éléments de réponse. Premier constat : avoir un diplôme est mieux que de ne pas en avoir. Les étudiants sortant des filières où l'on trouve le moins d'emploi subissent un chômage de 14%, alors que le taux de chômage moyen tourne autour de 25%. Mais le deuxième constat incite tout de même à faire les bons choix : car le taux de chômage des débutants varie de 1 à 14% selon la formation.

>> Chiffres, analyses, témoignages… Pour en savoir plus sur ce sujet, écoutez l'émission spéciale de Patrick Roger sur Europe1, vendredi à partir de 11h30

 Les métiers de la santé ont la cote... La demande de médecins, d'infirmières, de pharmaciens ou encore d'assistantes médicales atteint des sommets. Résultat,  le taux de chômage y est quasi-nul : 1% seulement pour ceux qui sortent à bac +2 avec un diplôme lié à la santé, notamment les infirmières (pour 1.710 euros de salaire médian) et 3% pour les doctorants (2.670 euros de salaires). "Les gynécologues, les pédiatres sont submergés par les patients. Alors pour compenser, on nous accorde de plus en plus de compétences, notamment en terme de prescription et d'accompagnement des malades", explique Sandra, infirmière, au micro d'Europe1, pour expliquer le succès de son métier.

Le Droit pas si fort que ça

… suivis par les sciences exactes. Les diplômés de physique ou de mathématique s'en sortent bien, avec des différences selon la longueur des études. Le chômage est en effet de 6% à bac+3 (1.680 euros de salaire), 4% après bac+4 (2.070 euros) et remonte à 6% pour les doctorants (2.360 euros). Les diplômés d'écoles d'ingénieurs, toutes catégories confondues, enregistrent un chômage de 5% pour un salaire de 2.500 euros. Des formations auxquelles on ne pense pas forcément débouchent sur un chômage de seulement 4%, pour des salaires allant de 1.400 euros à 1.700 euros au commencement. C'est le cas par exemple dans l'agriculture, la pêche, la forêt et les espaces verts ou encore le Génie civile, la construction et le bois.

Socio, psycho et comm' en queue de peloton. À l'inverse, les étudiants sortants après bac + 4 avec un diplôme de psychologie, de sociologie, de communication ou encore de documentation subissent un chômage de 14% (9% à bac +3), pour un salaire médian de 1.490 euros en psycho socio et de 1.780 euros en comm' ou en documentation. C'est un peu mieux pour les lettres et la philosophie, où le chômage est de 8% après bac + 4 (1.660 euros de salaire) et de 9% à bac+3 (1.510 euros). L'économie et le Droit ne font pas beaucoup mieux : les étudiants sortants à bac+3 de ces deux matières sont à 8% au chômage (1.470 euros), à 7% pour les bac+4 éco (1.840 euros) et même 9% pour les bac+4 Droit (1.970 euros). La cause notamment aux embouteillages dans ces facs, explique le Nouvel Obs, contrastant avec un marché de l'emploi pas si riche.