Ce week-end, roulez au pas

  • A
  • A
Ce week-end, roulez au pas
Partagez sur :

Alerte à la pollution, il faut rouler moins vite en Île-de France et dans les Bouches-du-Rhône.

L'île-de-France et les Bouches-du-Rhône sont placés en alerte à la pollution. La vitesse est limitée ce week-end dans les Bouches-du-Rhône du fait d'une pollution de l'air par l'ozone, a annoncé samedi la préfecture du département dans un communiqué. Le seuil d'information et de recommandation (180 microgrammes par m3 d'air) a été atteint en fin de matinée, pour la troisième fois de la semaine, a précisé l'association de surveillance de la qualité de l'air Atmo Paca.

Réduire leurs rejets polluants

Entre 6 heures et 21 heures samedi et dimanche, les automobilistes sont donc appelés à réduire leur vitesse de 30 km/h sur toutes les routes du département des Bouches-du-Rhône, sans descendre en dessous de 70 km/h. Parallèlement, les industriels doivent réduire leurs rejets polluants.

Il est également recommandé de privilégier l'usage des transports en commun et du covoiturage et d'éviter les efforts physiques intenses, en particulier pour les personnes sensibles (enfants, personnes âgées, asthmatiques et souffrant de problèmes respiratoires ou cardiovasculaires).

Pour l'île-de-France, la préfecture de police recommande samedi aux automobilistes de réduire leur vitesse et aux personnes sensibles de privilégier les activités calmes samedi soir et dimanche, les conditions météorologiques "ne favorisant pas une bonne dispersion des polluants". A titre préventif, le préfet de police "recommande aux automobilistes d'adopter une conduite souple et de réduire leur vitesse".

Risque d’aggravation dimanche

Un risque d'aggravation est annoncé pour dimanche avec un dépassement du seuil d'alerte (240 microgrammes par m3 d'air), a précisé la préfecture des Bouches-du-Rhône. L'ozone est un polluant secondaire qui résulte de la transformation, sous l'effet des rayons solaires, des émissions du trafic routier et des activités industrielles. Ces épisodes se déclenchent le plus fréquemment en été, lors de journées ensoleillées et peu ventées.

A lui seul, le département des Bouches-du-Rhône, qui concentre de grands centres urbains et le pôle industriel de Fos-sur-Mer, est responsable de plus de 50% des émissions polluantes de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, de loin la plus touchée en France par ce phénomène.

L'ozone et les autres composés qui l'accompagnent en cas de pic sont agressifs et irritants pour les voies respiratoires et peuvent provoquer l'apparition de nombreux symptômes comme l'inflammation des bronches, l'irritation de la gorge et des yeux, des crises d'asthme.

REAGISSEZ - Respectez-vous les recommandations de réduction de vitesse lors des pics de pollution ?