Ce que l’on sait sur le "dépeceur"

  • A
  • A
Ce que l’on sait sur le "dépeceur"
Luka Rocco Magnotta aurait séjourné au moins une semaine en France. Les enquêteurs ont réussi à retracer son parcours ces derniers jours dans la capitale et sa banlieue.@ DR
Partagez sur :

ZOOM - Luka Rocco Magnotta serait en France. Par où est-il passé ? Europe1.fr fait le point.

Le visage de Luka Rocco Magnotta est maintenant connu à travers le monde entier. Le jeune homme de 29 ans est activement recherché par Interpol pour avoir tué avec un pic à glace, démembré ensuite un homme à Montréal, avant de pratiquer des actes de cannibalisme. Toute l’horreur de ce crime a été filmée et postée par le meurtrier lui-même sur Internet. Luka Rocco Magnotta a depuis fui en France. Europe1.fr fait le point sur les éléments connus de l’enquête.

Qu’en est-il au Canada ? L’affaire a débuté dans le pays mardi dernier, avant d'être dévoilée en France deux jours plus tard. Les policiers canadiens ont découvert un tronc dans le quartier de la Côte-des-Neiges, à Montréal. Dissimulé dans une valise, il trônait sur un monticule d’ordures. Le même jour, le siège du parti conservateur à Ottawa a reçu un colis contenant un pied décomposé. Le lendemain, un colis contenant une main a été intercepté par la poste. Il était destiné au parti libéral.

Les enquêteurs ont fait le lien avec les morceaux de corps découverts et un homme d’origine asiatique porté disparu depuis une quinzaine de jours. Les hommes chargés de l’affaire ont découvert que l’homme âgé d’une trentaine d’années aurait entretenu une liaison avec son bourreau. Il serait venu le chercher à son travail en lui proposant de tourner un film porno avec lui.

C’est ensuite que les policiers se sont focalisés sur Luka Rocco Magnotta. Le jeune homme de 29 ans, mannequin, strip-teaseur ou encore acteur de films pornos, a été confondu à cause des "odeurs" près de son appartement, évoquées par des voisins. Lors d’une perquisition, la police a découvert des flaques de sang sur le lit mais aussi dans le réfrigérateur. En le traquant les enquêteurs ont découvert que le "dépeceur" se serait enfui en direction de la France. Une demande d’arrestation internationale d’Interpol a été diffusée vendredi.

Quand est-il arrivé en France ? Les enquêteurs canadiens ont découvert que Luka Rocco Magnotta a pris l'avion de Montréal vers la France le 26 mai dernier. Il a ainsi atterri à l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle samedi dernier.

En France, les policiers ont réussi à retracer peu à peu son parcours, grâce à plusieurs témoignages, des images des caméras de vidéosurveillance, mais aussi les ondes de son téléphone portable.

Un début de semaine dans les Hauts-de-Seine. Selon les informations établies par les enquêteurs français, Luka Rocco Magnotta a séjourné quelques jours après son arrivée chez un homosexuel à Clichy-La-Garenne. Le jeune homme, dont le témoignage a été rapporté par Le Parisien-Aujourd’hui en France, a affirmé aux policiers avoir hébergé le "dépeceur", en début de semaine, chez lui, alors que Luka Rocco Magnotta n’était pas encore signalé aux services de police.

Un passage dans le 17e arrondissement parisien. Les policiers ont effectué des "recherches ciblées", qui les ont notamment conduits dans le quartier des Batignolles à Paris. Il a séjourné à l'Hôtel des Batignolles et plusieurs commerçants ont également eu affaire à lui. C’est en tout cas ce qu’a indiqué la maire du 17e arrondissement de Paris, Brigitte Kuster, sur BFMTV.

Le Parisien-Aujourd’hui en France de dimanche rapporte notamment l'audition par les enquêteurs du gérant d'un bar du quartier des Batignolles, qui dit avoir vu Luka Rocco Magnotta dans son établissement. Le jeune homme aurait consommé un Coca-Cola, dans la nuit de mercredi à jeudi. Il le décrit comme "très nerveux".

Autre témoignage : celui d’une habitante de ce quartier sur RMC. Elle a raconté dimanche être "sûre" d'avoir eu affaire au Canadien. "Il est venu frapper à ma porte, il voulait rentrer pour finir la fête avec nous à la maison", a-t-elle confié.

Les enquêteurs ont aussi découvert que le jeune homme de 29 ans aurait pu passer plusieurs soirées dans le quartier de la place de la Bastille, dans le 12e arrondissement de la capitale française.

Il a séjourné à Bagnolet. Dernière piste en date : l’Est parisien. Selon un témoignage recueilli par les enquêteurs, le jeune homme aurait séjourné au moins dans la nuit de vendredi à samedi dans un hôtel de Bagnolet, en Seine-Saint-Denis. Les policiers ont réalisé une perquisition samedi. Luka Rocco Magnotta n’était pas dans sa chambre, mais il avait laissé de nombreuses affaires, dont des revues pornographiques et des sacs vomitoires de la compagnie aérienne avec laquelle il est venu en France.

"Sa cavale révèle déjà qu'il a fort peu de moyens à sa disposition. Sa cavale l'a amené à Paris dans des hôtels pas forcément de très hautes catégories que ce soit à Bagnolet, à Batignolles, donc il est véritablement aux abois. Il n'a pas probablement les moyens de partir à l'étranger", affirme sur Europe 1, le criminologue, Stéphane Bourgoin.

Et dimanche ? Les enquêteurs n’ont aucune certitude sur le fait que Luka Rocco Magnotta se trouve toujours en France dimanche. Mais pour Stéphane Bourgoin, le criminel a déjà commis "un grand nombre d'erreurs". "Le fait de laisser ses empreintes, d'activer son téléphone portable personnel. Ce sont des erreurs que ne commettrait pas un criminel organisé. Une telle cavale ne devrait aboutir qu'à l'arrestation sous peu de Luka Magnotta", assure le criminologue interviewé par Europe 1.