Ce qu’on sait sur les vidéos de Merah

  • A
  • A
Ce qu’on sait sur les vidéos de Merah
La chaîne qatarie Al-Jazira a reçu ce week-end une lettre contenant une carte mémoire.@ MAX PPP
Partagez sur :

ZOOM - La chaîne qatarie Al-Jazira a reçu ce week-end une lettre contenant une carte mémoire.

Claude Guéant, le ministre de l'Intérieur, avait affirmé le premier mardi dernier, que Mohamed Merah disposait d'une caméra lors de sa cavale meurtrière. Les enquêteurs ne savaient pas cependant s'il avait réussi à transmettre ces enregistrements. C'est désormais chose faite après l'annonce d'Al-Jazira, qui a confirmé lundi avoir reçu une lettre contenant une carte mémoire. La chaîne qatarie a cependant annoncé mardi qu'elle ne diffuserait pas ces images. Selon les informations d'Europe 1, on connaît toutefois un certain nombre d'éléments concernant ce document.

Que contenait le pli ? L'enveloppe parvenue au siège parisien d'Al-Jazira contenait une feuille de papier A4 pliée en deux, avec quelques mots manuscrits écrits en majuscule. Il s'agissait d'une revendication signée "Al-Qaïda" des attentats de Toulouse et Montauban sur laquelle on pouvait lire, avec de nombreuses fautes d'orthographe : "Ci-joint une carte mémoire avec les vidéos des attentats". Le texte se terminait par une incantation en arabe signifiant "Louange à Dieu", selon les informations d'Europe 1.

Il y avait aussi une mini clé USB contenant deux fichiers. On y trouvait notamment 25 minutes d'enregistrement, un montage avec les vidéos filmées lors des tueries mais aussi des chants religieux, des versets coraniques à l'image de ceux diffusés par certains sites islamiques. L'enregistrement se terminait par un hommage à Ben Laden. Ce n'est cependant pas la voix de Mohamed Mehra qu'on entend mais un son copié sur Internet.

Les enquêteurs cherchent à savoir qui a effectué ce travail de montage vidéo. Ils n'ont retrouvé aucun ordinateur au domicile de Mohamed Merah et aucune trace de montage dans l'appareil de son frère, Abdelkader.

Que voit-on sur ces vidéos ? Après avoir visionné les bandes, le procureur de Paris a évoqué des scènes "extrêmement explicites". Et pour cause : l’intégralité des assassinats ont été filmés. François Molins avait alors décrit le contenu de plusieurs séquences.

Dimanche 11 mars, Toulouse. "On le voit au cours de son rendez-vous avec le vendeur de motos s'enquérir de sa qualité de militaire et l'abattre de deux balles en lui disant ‘Tu tues mes frères, je te tue’", a rapporté le magistrat.

Jeudi 15 mars, Montauban. "On le voit abattre les militaires à Montauban dans une scène extrêmement violente" et s'enfuir au guidon "de son scooter aux cris de ‘Allah Akbar’", a poursuivi François Molins.

Lundi 19 mars, Toulouse. Le magistrat s’est montré bien moins prolixe sur cet épisode, se contentant de confirmer l’existence d’une vidéo. "Et on le voit enfin commettre sa tuerie sur les lieux de l'école juive de Toulouse lundi matin", a-t-il ajouté.

Qui a expédié ce courrier ? C'est sur ce point de l'enquête qu'il reste encore beaucoup de zones d'ombre. Les enquêteurs sont cependant certains qu'il ne s'agit pas de Mohamed Merah. Mardi, ces derniers recherchaient encore qui avait pu poster ce courrier.

D'où a été expédié ce courrier ? Là encore, les pistes sont nombreuses. Le colis porte le cachet du centre de tri de Castelnau-d'Estrétefonds, une ville de Haute-Garonne située à environ 25 km au nord de Toulouse, selon les informations recueillies par Europe 1. Ce cachet de la Poste est daté du mercredi 21 mars.

Mais la plateforme de tri de Castelnau-d'Estrétefonds, décrite comme une "boîte à lettres géante" par le journal régional La Dépêche, couvre au total six départements. Elle traite chaque jour 2,450 millions de plis. Difficile donc de savoir où le document a été posté.

Que va en faire Al-Jazira ? La chaîne d'information en continu a annoncé en début d'après-midi mardi qu'elle ne diffuserait pas ces vidéos.