Cazeneuve a fait "rectifier" la note sur les Roms à Paris

  • A
  • A
Cazeneuve a fait "rectifier" la note sur les Roms à Paris
@ MaxPPP
Partagez sur :

MISE AU POINT - Une note interne préconisait d'"évincer systématiquement" les Roms du VIe arrondissement.

Rectif. Cette note interne émanant du commissariat du VIe arrondissement de Paris préconisait d'"évincer systématiquement" les Roms de l'arrondissement. Dans un communiqué publié jeudi, le ministre de l'Intérieur a mis les choses au point. Bernard Cazeneuve a indiqué que "la consigne interne au commissariat du 6ème arrondissement de Paris publiée dans la presse ce matin a été rectifiée", sans toutefois préciser de quelle manière. D'autre part, le ministre "rappelle le principe selon lequel aucun contrôle de police ne peut être effectué en ciblant une personne en fonction d’une nationalité réelle ou supposée".

Que dit cette note interne ? Cette note demande "dès à présent et jusqu'à nouvel ordre pour les effectifs du VIe arrondissement, de jour et de nuit, de localiser les familles roms vivant dans la rue et de les évincer systématiquement". La présence des Roms a massivement augmenté, ces deux derniers mois dans le VIe arrondissement de Paris. Selon le Secours catholiques, certains enfants, âgés de quelques mois, passent même la nuit dehors.

Qui a rédigé cette note ? C'est la préfecture de police qui a donné les directives au commissariat de police du Vie arrondissement. "Des instructions ont bien été passées au commissariat", confirme la préfecture de police de Paris qui reconnaît toutefois "une facilité de langage malheureuse. Le directeur de cabinet du préfet, Laurent Nunez, a mis les choses au point mardi matin. Selon lui, cette main-courante est tout simplement le fait d'un policier qui a mal retransmis les directives de la commissaire d'arrondissement. 

Comment réagissent les défenseurs des Roms ? Pour l'association de défense des populations roms en France, La voix des Roms, une police "qui recense les roms sous prétexte de 'prochaines opérations d'éviction et d'assistance' n'est pas une police d'un État démocratique". "Il s'agit là de la mise en œuvre d'une politique réfléchie au plus haut niveau de l’État. Les déclarations de Manuel Valls alors qu'il était ministre de l'Intérieur l'expriment de manière claire" selon lesquelles les roms ne "souhaitent pas s'intégrer, pour des raisons culturelles ou parce qu'ils sont dans les mains de mafias", ajoute l'organisation dans un communiqué.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

L'INFO - Une note interne pour "évincer" les Roms